Titre : Discussions autour d'une chouette
Auteur : (Satan Petite) Flore
Disclaimer : Les personnages utilisés dans cette fic appartiennent à Matsushita Yoko et je ne fais aucun profit en écrivant cette chtite histoire.
Petite note : Ne pas m'en vouloir si les personnages sonnent un peu bizarre... me suis laissée emporter (par quoi, je sais pas)...
Dédicace : Pour ma Nogi-ko d'amour. Excuse-moi. Je suis insupportable. Je le sais. Pardonne-moi.
 
 
 

/- Watari Yutaka. Hajimemashite.
- Hajimemashite. Tatsumi Seiichiro desu.
- Yorushiku onegai shimaaaaasu.

Tatsumi sourit.
Le nouveau Shinigami de la région de Kyoto semblait amusant.
Restait à savoir s'il ferait bien son travail.
Son dossier contenait un minimum d'informations, mais plus qu'il n'en était nécesaire à Tatsumi.
De toute façon, il n'aimait pas juger les gens sur dossier...

- On m'a dit que c'est à vous que je devais m'adresser pour pouvoir accéder aux laboratoires et ateliers du Meifu.

Tatsumi sourit.
Apparemment la ligne "passionné de physique-chimie" du dossier ne mentait pas.

- Oui. Ils tournent un peu à vide en ce moment et si vous voulez les utiliser, il n'y a aucun problème.

La réponse du shinigami fut gratifiée d'un grand sourire par le nouveau venu.

- Merci !!
- C'est bien normal...
- Vous vous occupez de quoi ici, plus exactement ?
- Je gère un peu tout... je fais un peu le comptable, aussi...
- Je vois. Enfin, j'ai été ravi de vous rencontrer ! J'espère que nous aurons l'occasion de faire plus ample connaissance, maintenant, si vous voulez bien m'excuser !

Watari sortit du bureau aussi rapidement qu'il y était entré...
Apparemment Tsuzuki ne serait plus le seul enthousiaste de la division Shôkan..../
 

Tatsumi poussa un petit soupir.
Il n'avait pas repensé à cette rencontre depuis... depuis... en fait, il ne se souvenait pas s'en être remémoré une seule fois...
Il enleva ses lunettes, passa une main sur un oeil qu'il avait du mal à garder ouvert puis referma un dossier avant de remettre ses lunettes.
Il se faisait tard.
Il se leva, quitta son bureau et s'aventura dans les couloirs du Meifu.

De la lumière filtrait sous la porte du laboratoire de Watari.
D'habitude, à cette heure, le scientifique était déjà couché ou s'était du moins retiré vers la partie "appartement" du laboratoire qu'il avait aménagé.
Un petit sourire flotta sur les lèvres de Tatsumi quand il repensa à la première requête de Watari -accéder au labo-...
Entendant un drôle de bruit parvenir de l'intérieur du labo, il se demanda si ça avait été une bonne idée de le lui laisser...

Un drôle de silence flotta et Tatsumi ne put s'empêcher de se retourner.
Il n'y avait plus de lumière qui passait sous la porte de Watari, et il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter un brin, même si le shinigami était sûrement juste allé se coucher.
 

/- Qu'est-ce que c'est ?
- Une chouette.
- Je vois bien que c'est une chouette, mais qu'est-ce que vous faites avec ?
- J'avais besoin d'un animal de compagnie... je me sentais un peu seul...
- C'est original, au moins...
- Ne faites pas cette tête, Tatsumi, ce n'est pas comme si c'était un animal dangereux ou quoi que ce soit... de plus, elle est très intelligente !
- Je n'en doute pas...
- Si, vous en doutez... mais vous ne pouvez pas savoir... 003...
- 003 ??
- C'est son nom.
- C'est original aussi.
- J'aime faire dans l'original.
- Je vois ça.
- Laissez-moi vous montrer, maintenant.
- Je n'ai pas que ça à faire, Watari-san.
- Mais euh, ça ne dure que quelques secondes !!!
- Dépêchez-vous plutôt que de bavasser, alors.
- Grumpf... 003, voilà Tatsumi. Va sur son épaule.
- Je ne sais pas si j'en ai envie sur mon épaule.
- Arrêtez d'être si rabat-joie deux secondes et demie, voulez-vous ? Vous voyez comme elle est bien dressée ?
- J'admets. Rappelez-la maintenant.
- Pfff... mais qu'est-ce qu'elle vous a fait ? J'ai rarement vu une boule de plumes aussi mignonne et vous vous faites l'indifférent.
- Mais je le fais bien, reconnaissez-le.
- Oh oui, comme un chef. Mais n'empêche que 003 mérite un peu plus d'attention.
- Ce n'est qu'une chouette.
- Très intelligente.
- Oui, mais ça reste une chouette.
- Vous n'êtes pas drôle, Tatsumi.
- Désolé./
 

- Watari-san ?

Pas de réponse.
Il faisait noir dans le labo, excepté pour la lumière du couloir qui s'engouffrait depuis la porte que Tatsumi avait ouverte.
Tatsumi scruta la pièce du mieux qu'il put après avoir constaté que l'interrupteur ne marchait pas.

- Watari-san ?

Cette fois-ci, il eut un ululement pour réponse.
003 était là, au moins.
Ca signifiait que Watari n'était pas loin, sûrement dans la pièce.

- Watari-san, si vous m'entendez, répondez-moi !

Il fit le tour d'une paillasse avant de distinguer 003 dans l'un des coins de la pièce, volant en rond et ululant à intervalles réguliers.
Il se dirigea vers la chouette et fut heureux de découvrir que comme il le pensait, Watari était avec elle.
Mais le shinigami était étendu à terre, évanoui.
 

/- Tatsumiiiiiiiiiiiiiiii !!!
- Allez voir quelqu'un d'autre, Watari-san.
- Mais c'est à vous que je voulais montrer ça, Tatsumi !
- Je suis occupé, là, repassez plus tard.

Watari fit une petite mine contrite et s'écarta un peu du bureau de Tatsumi.

- Vous êtes méchant.
- Ca ne marchera pas, Watari-san.
- Pfff, je suis sûr que ça vous aurait intéressé...
- Vous dites ça à chaque fois.
- Bon, tant pis. Je garderai mon invention pour moi...
- Montrez-la à Tsuzuki-san, je suis sûr qu'il sera ravi -surtout si ça a un rapport avec de la nourriture-.
- Ce n'est pas la même chose.

Watari poussa un petit soupir et quitta la pièce, laissant Tatsumi se demander ce qu'il voulait dire par là./
 

Tatsumi s'agenouilla à côté de son collègue et passa un bras sous la tête du shinigami.
Il était apparemment juste évanoui.
Que s'était-il passé ?
Les expériences de Watari conduisaient fréquemment à de petits incidents, mais bien qu'aucun ne soit grave, Tatsumi s'inquiétait sérieusement, songeant à forcer Watari à se restreindre -ou à faire plus attention- s'il le fallait.

- Watari-san ? Watari-san, vous m'entendez ?

Le shinigami était toujours dans les bras de Morphée, et ne semblait pas vouloir s'éveiller.
Tatsumi poussa un soupir.
Il n'allait pas le laisser là...
 

/- J'aurais quarante-et-un ans, vous vous rendez compte...?
- J'ai arrêté de compter il y a longtemps, personnellement.
- Des fois je me dis que c'est vraiment bien d'être un shinigami et de rester éternellement jeune et fort et tout ça.
- Ca ne change pas le fait que vous êtes mort.
- Ce n'est pas si contraignant que ça d'être mort, dans notre condition.
- Tout dépend.
- Vous savez, vous pourriez faire un minimum d'effort pour que je ne fasse pas la conversation tout seul, vous savez ?
- On est obligé de parler ?
- Vous n'êtes pas drôle.
- Vous me l'avez déjà dit. Souvent. Ce n'est qu'une question d'opinion.
- Vous ne savez pas vous amusez.
- Si, mais je le fais en dehors de mes heures de travail et différemment de vous.
- Oh.
- Eeeeet oui.
- Vous devez avoir des passe-temps vieux-jeu.
- Moins excentriques que les vôtres, pour sûr.
- Je ne vous en veux pas.
- Comme c'est gentil.
- J'aime bien les gens normaux.

Tatsumi émit un petit rire.

- C'est la première fois que je vous fait 'vraiment' rire depuis que je vous connais, Tatsumi.
- Oh, je suis sûr qu'on peut trouver un autre moment si on cherche un peu.
- Non, je vous jure, c'est la première fois. Vous vous permettez un sourire de temps en temps, ou même un ricanement, mais vous riez peu.
- Je suis un homme de peu d'émotions.
- J'ai cru remarqué ça. M'enfin je suis content de voir que vous savez encore comment rire./
 

Tatsumi n'aurait pas cru que porter Watari sur vingt mètres serait si fatigant.
Enfin, fatigant...
Il avait juste du reprendre son souffle abruptement après avoir lâché le shinigami sur son lit.
Il avait peut-être besoin d'un peu d'exercice physique...

Il s'assit sur le bord du lit et sa main vint au contact de la joue de Watari.

- Watari-san ? Watari-san, réveillez-vous.

Sa main se fit plus insistante, mais le shinigami ne voulait pas se réveiller.
Il contempla quelques secondes le visage relâché du shinigami pius lui retira ses lunettes et repoussa une mèche de cheveux du front de Watari.

- Watari-san, c'est la dernière fois que je vous demande de vous réveiller. Je vais devoir m'y prendre autrement si vous ne voulez pas.
 

/- Ceux-là sont bien meilleurs.
- Vous n'avez aucun goût, Watari-san.
- Merci.
- Enfin, je n'en attendais pas moins de quelqu'un dont le rêve est de se tranformer en femme.
- Laissez mon rêve tranquille.
- Admettez que c'est un peu n'importe quoi. Vous feriez une piètre jeune femme.
- Je vous ai demandé votre avis ? Je ne vois pas en quoi je ne pourrais pas avoir un but, qui d'ailleurs est purement scientifique, je tiens à le dire...
- Purement scientifique ? A qui voulez-vous faire croire ça ?
- Nous n'avons pas la même conception de la science en général, Tatsumi.
- Il est vrai.
- De toute façon, je ne vois pas en quoi le fait que je trouve ces biscuits meilleurs que ceux-là est en quelconque rapport avec mes expériences de changement de sexe.
- Je vous l'accorde, je me demande d'ailleurs pourquoi je suis passé sur ce sujet.
- Vous êtes pardonné.
- C'est bien aimable à vous.
- Vous savez, Tatsumi, des fois c'est hautement amusant de converser avec vous./
 

Tatsumi poussa un soupir.

- Je vous aurais prévenu.

Il plongea ses doigts dans le verre d'eau qu'il avait ramené près du lit et les secoua au-dessus du visage de Watari.
Pas beaucoup d'effet.
Finalement, il poussa encore un soupir puis claqua Watari.
Les cils du shinigami firent un petit mouvement.

- Watari-san ? Watari-san, réveillez-vous !
- Hmmm... qu'est-ce qu'il y a ?
- Je vous ai trouvé évanoui dans votre labo.

Watari se redressa.

- Hmmm ?

Il regarda autour de lui.
Il faisait nuit dehors.
Il avait la tête qui tournait un peu et des fourmis dans les doigts.
Il passa une main dans ses cheveux

- Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Je sais pas trop. Mais... apparemment je vais bien.

Watari fit un petit sourire à Tatsumi puis se leva.

- Sûr ?
- Sûr.
- Et vous n'avez aucune idée de ce qui vous a fait vous évanouir ?
- J'ai du prendre une décharge en bossant sur un appareillage électronique...

Watari retourna vers le lieu de l'expérience. Le laboratoire était plus ou moins plongé dans l'obscurité.

- Oui, j'avais laissé le montage sous tension. Ca m'apprendra.
- Faites plus attention.
- Vous savez, ça m'arrive souvent, ce n'est pas grand chose...
- Souvent ??
- Non, enfin, je voulais dire que c'était déjà arrivé plusieurs fois.
- Je ne vous félicite pas.
- Moi non plus, rassurez-vous.

Tatsumi fit une petite moue.

- Je ferai plus attention à l'avenir, promis !
- Vrai ?
- Si je vous le dis.
- Bon... Alors je vais vous laisser...

Tatsumi se dirigea vers la sortie du labo, se demandant ce qu'il devait penser des expériences de Watari. Un jour... ça risquait de tourner plus mal que ça et...

- Tatsumi ?

Tatsumi se retourna.
Watari lui faisait un grand sourire.

- Merci... d'être venu voir si tout allait bien...
- C'est normal.
- C'est la première fois que quelqu'un remarque que j'ai failli me tuer lors de mes expériences et vient s'en soucier.
- Je suis passé au bon moment. Au fait, je crois que vous avez fait explosé les lumières de votre labo.
- Non, non, j'ai un système de court-circuitage interne.
- ...?
- Les plombs ont sauté, mais ça n'affecte que cette pièce. C'est une mesure de précaution.
- Sage décision.
- Ca doit être la première fois que vous dites que quelque chose que je fais est sage.
- C'est fort possible.
- Enfin, je ne veux pas vous retenir plus longtemps. A demain, Tatsumi.
- Bonne nuit, Watari-san.
 

/- C'est un pingouin qui vous suis ?
- Oui. Il est mignon, non ?
- Pas très adapté au climat. La chouette ne suffisait plus ?
- Je croyais que vous aimiez bien 003, finalement !
- Qu'est-ce qui vous fait croire le contraire ?
- Appelez-la par son nom pour que je vous crois.
- ... Je l'aime bien et je compatis à son sort de porter un nom si stupide.
- Hey !
- Et le pingouin, il a déjà été baptisé ?
- Non, je ne sais pas encore... vous avez une idée ?
- Non. Et une fois que vous aurez choisi, surtout ne me le dites pas./
 

- Tatsumiiiiiii !!
- Watari-san, ne criez pas de si bon matin.
- Joyeux anniversaiiiire !
- Watari-san, un mort ne fête pas son anniversaire.
- Siiii !

Tsuzuki entra en trombe dans le bureau.

- Joyeux anniiiiversaiiiiiiiiire, Tatsumiiiii !!

Watari fit un petit sourire qui signifiait "vous voyez bien".

- Merci, Tsuzuki-san.
- Hey !!! Moi j'ai le droit à *imitation de Tatsumi on* Watari-san ne criez pas. Watari-san, je ne fête pas mon anniversaire. Watari-san, votre invention ne sert à rien...
- Je n'ai pas encore dit ça ce matin.
- Pourquoi Tsuzuki a droit à des remerciements pour la même chose ?
- Parce qu'il serait traumatisé s'il en était autrement.
- C'est méchant, Tatsumi.

Tsuzuki était passé en mode chibi et des larmes venaient gonfler ses grands yeux d'améthyste.

- Vous voyez, Watari-san ?

Watari émit un petit ricanement.

- C'est pas une raison. Bon... quand est-ce qu'on fait la fête ?
- La fête ? Y aura un gâteau ?

Les larmes avaient quitté les yeux de chibi Tsuzuki, mais un filet de bave commençait à couler de sa bouche.

- Pas de fête. Vous m'avez déjà vu fêter mon anniversaire ?

Watari et Tsuzuki firent tous les deux une petit mine et sortirent ensemble du bureau de Tatsumi, attristés mais pas surpris.

/- Watari-san ?
- Hmmm...?

Watari releva le nez de ses expériences et fit un sourire à Tatsumi.

- Je crois que votre chouette s'est perdue.

003 était perchée sur l'épaule de Tatsumi et semblait faire une petite sieste.

- Oh non, c'est qu'elle vous aime bien.
- Elle pourrait éviter de dormir sur mon épaule.
- Elle vous gêne ?

Tatsumi sembla réfléchir.

- En elle-même non. Mais y penser m'empêche de réfléchir.
- Arrêtez d'y penser.
- Je vous y verrai bien.
- J'y arrive, personnellement.
- Oui, mais pour ce que vous réfléchissez.
- C'était bas.
- Oui, mais je n'arrive pas à faire mieux avec une chouette qui dort sur mon épaule.
- Bon, bon, si elle vous énerve tellement, je vais lui dire de ne pas recommencer.

Watari s'approcha de Tatsumi et claqua dans ses mains tout près de 003, réveillant la pauvre chouette.

- Allez, 003, viens chez moi, Tatsumi ne veut pas que tu dormes sur son épaule.

La chouette émit un ululement plaintif et en quelques coups d'aile rejoignit son maître, se posant sur son épaule.

- Désolé qu'elle vous ai dérangé, Tatsumi. Elle ne recommencera plus./
 

- Je m'ennuiiiiie.
- Allez travailler.
- Je n'ai rien à faire.
- Techniquement, vous devriez.
- J'avais tout fini en avance pour pouvoir faire la fête aujourd'hui.
- Vous avez été stupide de penser qu'il y aurait une fête.
- Je sais. Je pensais que Tsuzuki arriverait à vous convaincre.

Tatsumi posa les papiers qu'il était entrain de trier sur son bureau et releva les yeux vers ceux de Watari.

- Vous avez eu tort. Vous devriez savoir que je ne cède pas tout à Tsuzuki-san.
- Peut-être, mais beaucoup plus qu'à d'autres.

Tatsumi émit un petit soupir.

- Vous savez pertinemment qu'il en a besoin.
- Vous faites ça pour ne pas le démoraliser...
- A peu près. Il souffre assez comme ça.
- Je vois. Je ne vais pas vous déranger plus longtemps.

Watari se leva et quitta la pièce, Tatsumi se demandant pourquoi ce départ soudain et si peu habituel de la part du shinigami.
 

/- Watari-san, je venais vous dire que j'ai dû annuler les commandes pour votre labo, je...

Watari n'avait pas levé les yeux à l'entrée du shinigami, contemplant d'un oeil morne un écran.
Tatsumi s'inquiéta de suite de ne pas voir le zest de vie et d'enthousiasme qui brillait habituellement dans les yeux du shinigami.

- Watari-san ?
- Ce n'est pas grave, Tatsumi, je m'en passerai.

La phrase avait été débitée sur une voix monocorde et sans l'habituelle passion qui occupait chacune des paroles de Watari.
Tatsumi se rapprocha, clairement conscient que quelque chose ne tournait pas rond.

- Watari-san, quelque chose ne va pas ?
- ... Je...

Watari prit une brève inspiration, semblable à un début de sanglot.
Tatsumi sentit son coeur se serrer à cette vue. Que pouvait-il arriver d'assez terrible pour changer Watari à ce point ?

- Je... je regardais le registre des décès récents...

Une simple larme glissa le long de sa joue, isolée.

- Mon frère est mort hier.

Tatsumi resta figé un instant.
Tous les proches qu'il avait eu de son vivant étaient morts et enterrés depuis longtemps.
Il avait tendance à oublier que ce n'était pas le cas de tous les shinigami.
Il hésita quelques secondes avant de s'approcher du scientifique.
Il posa une main sur l'épaule de ce dernier et tourna le fauteuil dans lequel il était installé vers lui.

- Je... suis désolé.
- Il n'y a pas de quoi. Je m'étais résigné depuis longtemps à ne plus jamais le revoir... mais, je ne sais pas... en voyant son nom, là, je me suis dit... je me suis dit que c'était dommage.

Une nouvelle larme coula sur la joue de Watari et le scientifique l'effaça d'un revers de sa blouse.
Un petit rire nerveux s'échappa de sa bouche.

- Je ne voudrais pas vous déranger, Tatsumi, retournez à votre travail.

Soudain, Tatsumi prit le shinigami dans ses bras, voulant à tout prix voir disparaître la tristesse de ce visage d'habitude si souriant.

- Ne soyez pas stupide, Watari-san, vous ne me dérangez pas.

Il passa une main dans les longs cheveux défaits du shinigami, espérant vainement apaiser sa peine de ce geste.
Le corps de Watari tressauta et de nouvelles larmes commencèrent à silencieusement couler, Watari retenant du mieux qu'il pouvait les sanglots qui étreignaient sa gorge.
Tatsumi ne savait que faire. Il se sentait totalement impuissant face à cette peine. Il aurait tant aimé pouvoir la porter à la place du bien plus jeune shinigami mais tout ce qu'il pouvait faire c'était espérer apporter un minimum de réconfort à Watari.
Il murmura quelques paroles douces à l'oreille du scientifique et ferma les yeux quand les bras de ce dernier vinrent se placer autour de lui, l'étreignant comme s'il était la dernière chose à laquelle il puisse se raccrocher./
 

- Je peux m'asseoir ?

Watari ne leva même pas les yeux et acheva un bout de poulet en l'empalant sur une baguette, puis le laissa glisser de nouveau dans son assiette avant de l'avoir porté à la bouche.
L'assiette du shinigami était plutôt remplie et Watari contemplait son déjeuner d'un air pensif et complètement absent.
Le scientifique émit un "hmmmmm" signalant qu'il avait entendu la question de Tatsumi et qu'il l'autorisait à s'asseoir à la même table que lui s'il le souhaitait.
Le kageshi s'assit donc en face de Watari, regardant bizarrement le massacre qui avait été fait avec la nourriture de ce dernier.

- Watari-san, vous allez bien ?
- Hmmmmm...
- La nourriture ne vous plaît pas ?
- Hmmm...

Pour illustrer son propos, Watari tordit un bout de poulet d'une de ses baguettes, rendant le morceau de volaille tout de suite moins attractif... surtout une fois qu'il ait atterri dans le verre d'eau du scientifique.
Tatsumi prit une bouchée, se demandant ce qui pouvait avoir si mauvais goût.
La cantine de la division Shôkan était pourtant bien subventionnée...
Et le goût était d'ailleurs tout ce qu'il y avait de plus normal.
Même bon, pour une cantine.

- Vous devriez manger plutôt que de jouer avec votre nourriture. Vous êtes entrain de la gâcher. Imaginez un peu si Tsuzuki-san était...

Tatsumi fut interrompu au milieu de sa phrase, Watari se levant et emmenant son plateau et marchant d'un pas rapide vers la sortie.
Il reposa ses baguettes, suivant le shinigami des yeux.
Il n'avait jamais vu Watari réagir de cette façon.

/- Tatsumi ?
- Repassez plus tard, Watari-san, je travaille.
- Je n'en ai 'vraiment' que pour deux secondes.

Tatsumi poussa un soupir.

- Vous dites ça à chaque fois.

Watari passa la porte et la referma derrière lui, s'approchant du bureau de Tatsumi.

- Cette fois-ci c'est vrai.
- Ah ?
- Oui, oui... je suis juste venu pour... enfin, je voulais vous dire... hmmm...
- Deux secondes ?
- Oui, oui... enfin... j'étais venu vous dire merci. Pour l'autre jour.

Tatsumi se figea au souvenir de Watari en sanglots dans ses bras.

- Vous... vous allez mieux ?

Watari fit un petit sourire un peu forcé.

- Oui, oui, ne vous inquiétez pas. Et... c'est en partie, enfin, 'surtout' grâce à vous. Merci... d'avoir été là.

Tatsumi était mal à l'aise, n'ayant pas l'impression d'avoir fait grand chose ni de mériter les remerciements du scientifique.

- C'est normal.

Watari répondit par un sourire, qui semblait bien moins forcé cette fois-ci.

- Je ne vais pas vous déranger plus longtemps...

Et il ressortit.
C'était la première fois que Watari restait aussi peu de temps dans le bureau de Tatsumi.
Le kageshi poussa un soupir./
 

Tatsumi rangea sa chaise, éteignit les lumières, ferma la porte de son bureau à clef et se dirigea vers chez lui.
Il était déjà assez tard et la journée avait été plutôt longue.
Il bailla, heureux que personne ne soit réveillé et dans les couloirs pour le voir.

De la lumière filtrait de la porte du laboratoire.
Watari travaillait encore à cette heure ?
Il s'arrêta au niveau de la porte, se demandant s'il ne devait pas souhaiter une bonne nuit au shinigami, vu que ce dernier n'avait pas eu l'air de tenir la grande forme au déjeuner.
Au bout de quelques instants, il fut intrigué par le fait qu'aucun bruit ne passait au travers de là porte du laboratoire.
Pourtant, d'habitude, le scientifique ne manquait pas d'être bruyant lors de ses recherches.

Pris d'une curiosité qu'il n'aurait jamais admise, Tatsumi poussa la porte pour se retrouver à l'intérieur du labo.

/- Vous n'avez pas vu 003 ?
- Non, Watari-san, votre chouette ne m'a pas fait l'honneur de venir visiter mon bureau aujourd'hui. D'ailleurs avec la porte fermée je me demande comment elle aurait fait.
- Il ne faut pas sous-estimer ces bêtes-là...

Et disant ceci, Watari se mit à quatre pattes, vérifiant si malgré les dires de Tatsumi sa chouette ne se cachait pas dans la pièce.

- Je vous ai dit qu'elle n'était pas là.
- Je sais qu'elle aime cette pièce. Elle vous aime bien -je me demande pourquoi, d'ailleurs-. C'est l'endroit le plus logique. Et puis je ne vous dérange pas, vous pouvez continuer à travailler sans vous soucier de moi.

Tatsumi poussa un long soupir.
Watari était toujours le même./

- Watari-san ?

Le silence régnant dans le labo s'expliqua vite.
Watari était endormi, en parti avachi sur un bureau, un de ses bras entourant un carton.
Tatsumi s'approcha, jugeant intelligent de réveiller le shinigami et d'aller lui dire de se coucher dans un lit.
Un petit sourire se forma sur sa bouche à la vue du scientifique... Tatsumi en était venu à apprécier la négligence de Watari.
Il allait toucher le bras du shinigami quand un mot posé sur le carton attira son attention.
"Joyeux anniversaire, Tatsumi" suivi de beaucop de points d'exclamations, de petites étoiles et de coeurs un peu partout.
Le regard de Tatsumi s'adoucit un peu plus et il regarda sa montre.
Presque minuit.
Sa main glissa doucement dans les cheveux de Watari alors qu'il murmurait :

- Juste à temps...