Partie 6 : Il n'y a pas d'amour heureux


- Tu ne manges pas avec les gens de ta classe ?

Eiji redressa son visage pour voir qui lui adressait la parole.

- Je ne connais pas encore bien le campus, je profite des pause-déjeuners pour aller dehors ! Tu es au club de tennis, hein ?
- Oui... Oishi Shûichirô. 2eme année, classe A.
- Je suis dans la section B, tu y connais quelqu'un ?
- Euh... je crois que Fuji y est.
- Le garçon qui sourit tout le temps ?

Oishi émit un petit rire à la description.

- Oui.
- Il y a pas mal de bons joueurs en deuxième année, hein ? Tu es régulier, non ?
- Oui, oui... mais il n'y a pas que moi...
- Il y a donc Fuji...

Eiji commença à compter sur ses doigts, abaissant un deuxième doigt en prononçant le nom de Fuji.

- ... le vice-capitaine...
- Tezuka.
- Oui, c'est ça, Tezuka. Il est bon ?
- Tu n'imagines même pas à quel point.
- J'ai une imagination débordante, tu sais.
- Même.
- Bah, je verrai bien... Il y a d'autres deuxième année qui se défendent ?
- Inui, et Kawamura. Tous les deux déjà réguliers.
- Comment ils sont ?
- Grands tous les deux. Tu as dû remarquer Inui, énormes lunettes, et toujours un..
- .. cahier à la main, oui, je vois. Je le pensais en troisième année. Et Kawamura ?
- Il était malade la semaine dernière donc tu ne l'as pas encore vu. Mais je l'ai croisé ce matin, il devrait venir ce soir au club, je te le présenterai. C'est un garçon adorable. Il a juste... enfin... tu verras par toi-même...
- ... Si tu le dis. Tu veux un bout de gâteau ?
- Avec plaisir.

Oishi attrapa la part qu'on lui tendait et répondit par un sourire.

- Ce n'est pas trop dur d'intégrer une autre école en cours d'année ?
- ... pas vraiment. Il faut juste le temps de se trouver des amis...

Eiji fit un grand sourire à Oishi.

- ... et je crois que je viens de m'en trouver un.
- Ce sera avec plaisir.
_________________________

Les lèvres des deux garçons se retrouvèrent brièvement, dans un mouvement tendre et affectueux, les deux collégiens profitant que le vestiaire soit encore vide.
Machinalement, leurs mains s'agrippèrent et les deux garçons échangèrent un long regard empli d'amour avant de partager un -de nouveau très court- baiser.
Les deux amis choisirent ensuite de s'écarter, sachant que ce n'était ni le lieu, ni le moment d'échanger des mots doux.

- Tu viens à la maison, après les cours ?
- ... seulement si tu me promets que ta petite soeur ne me demandera plus en mariage.

Oishi émit un petit rire.

- Promis, je lui ai déjà dit que tu ferais un très mauvais mari et que je ne voudrais jaaaamais de toi comme beau-frère.
- ... hmm.
- Ne lui en veux pas, elle n'a que huit ans. C'est normal de demander les gens en mariage, à cet âge...
- Ah, parce que tu as déjà demandé des gens en mariage, toi ?

Oishi se mit à rire un peu plus fort.

- Non, je ne crois pas.
- J'espère bien.
- ... tu le prendrais mal ?

Tezuka rougit légèrement.

- ... un peu.
- Ah oui, c'est vrai qu'à toi je n'ai jamais fait de demande, il y aurait de quoi être jaloux...

Tezuka leva les yeux au ciel et enfila son jersey, préférant ne pas répondre.

- Rien à voir, mais tu as déjà parlé avec Eiji ?
- Le nouveau qui saute dans tous les sens ?
- Oui, Kikumaru.
- Je lui ai souhaité la bienvenue dans l'équipe la semaine dernière.
- J'imagine très bien la scène. Tu as ajouté combien de tours de terrain ?
- Cinq. Mais il parlait 'vraiment' trop fort, je t'assure.

Oishi fit un petit sourire, heureux d'avoir deviné juste.

- ... pourquoi ?
- Pour savoir... j'ai fini mon repas l'autre jour avec lui. Il est sympa.
- Hmm...
- Hey, tu n'es pas de nouveau jaloux, hein ? Il ne m'a pas demandé en mariage, rassure-toi.
- J'espère bien, Ryuzaki-sensei ne serait pas heureuse de voir autant de sang sur les terrains.

Oishi resta interloqué quelques secondes.

- Tezuka ?
- ... c'était de l'humour.
- Tu m'as fait peur.

Tezuka déposa un baiser dans les cheveux de son petit ami.

- J'ai toujours dit que je n'étais doué ni pour sourire, ni pour faire rire.

Oishi ferma les yeux et attrapa la main de Tezuka dans la sienne quelques instants.

- Enfin, pour en revenir à Eiji, je vais le présenter à deux/trois autres personnes, vu que Kawamura est revenu et qu'il ne connaît pas encore tout le monde... et je voulais te demander...
- ... oui ?
- Tu ne veux pas jouer un match contre lui ?
- ... si tu veux.
- Ecrase-le. J'adore quand les gens reviennent en me disant que j'ai raison quand je dis que tu es imbattable.
- Oishi, je ne connaissais pas ce trait de ta personnalité.
- A mon avis il est dû au fait que je t'aime trop. Il faudrait corriger ça.
- Surtout pas.
_________________________

- Un jeu de jambes impressionnant.

Eiji serra la main de Tezuka, accueillant le compliment un sourire aux lèvres.

- Absolument tout d'impressionnant. Je ne te pensais pas SI fort que ça.
- ...
- Je me suis fait battre à plate couture... je pensais prendre au moins un jeu pour l'honneur mais même pas.

Les deux garçons atteignirent le bord du terrain où se tenait Oishi, qui venait de descendre de sa chaise d'arbitre.

- Tezuka, tu n'étais pas très en forme, aujourd'hui...

Eiji écarquilla les yeux alors qu'Oishi cachait un petit sourire, horriblement heureux intérieurement de voir son petit ami laminer ses adversaires sans vraiment savoir pourquoi.

- Hmm, j'ai dû trop forcer sur mon bras à un entraînement.

Tezuka fit quelques mouvements de son bras, semblant voir si la petite douleur qu'il sentait comptait y rester.
Il se tourna ensuite vers le nouveau venu dans l'équipe, souhaitant remplir son rôle de vice-capitaine jusqu'au bout.

- Kikumaru, tu montes trop au filet. Tu as beau avoir un jeu fait pour, tu ne peux pas couvrir tout le terrain avec ta souplesse.
- Je jouais en doubles dans mon ancien collège.
- ... je m'en doutais un peu. Mais je suis sûr que tu as les capacités de devenir un joueur un peu plus... polyvalent.

Eiji prit un petit air sérieux qui rappela quelqu'un à Oishi.

- Hmm.

Tezuka fit un court signe de tête et quitta le terrain, laissant Oishi et Eiji seuls et partant trouver quelques première année à faire courir autour des terrains.

- Il est incroyable...

Le sourire d'Oishi grandit un peu plus.

- Je te l'avais dit...
- Comment fait-il pour avoir cet air sérieux TOUT LE TEMPS ????

Oishi éclata de rire.

- Tu ne parlais pas de son tennis ?
- Oh. Il est bon aussi pour ça, mais... il ne sourit jamais ?
- De temps à autres.
- Mais comment il fait ???
- C'est le grand mystère du club de Seigaku.

Eiji prit un air pensif.

- Il m'a battu à plate couture.
- Hmm.
- Et tu as dit qu'il n'était pas en forme ?
- Non, vraiment pas.
- Il est incroyable.
___________________________

Une main glissa sur sa joue et Tezuka ferma les yeux à ce contact.

- Oishi, on était censé travailler, non ?
- Moi j'ai fini.

Tezuka retira ses lunettes et laissa une main glisser dans la nuque de son petit ami.

- Mais moi non, tu pourrais m'aider un peu, non ?
- Mais je t'aide, là, c'est de la motivation.

Oishi déposa un baiser sur la tempe de Tezuka et lui fit un petit sourire avant de s'installer derrière lui et de passer ses bras autour de son corps.

- Tout ce que je ne fais pas pour toi...

Les lèvres d'Oishi laissèrent une traînée de baisers dans la nuque de Tezuka alors que ses mains glissaient sous le pull de Tezuka.
Ce dernier poussa un léger soupir et posa ses lunettes sur la table, parfaitement conscient qu'il n'allait sans doute pas les remetre de si tôt.

- Moi j'appelle ça déconcentrer les gens.
- ... tu adores être déconcentré.

Oishi mordit légèrement l'oreille de Tezuka.

- ... seulement par toi.

Sa tête vint se poser sur l'épaule d'Oishi et ce dernier glissa ses lèvres sur la joue de son petit ami.
Son étreinte se reserra quand il sentit les mains de Tezuka se poser sur les siennes et le jeune homme ferma les yeux, se laissant aller à la caresse.
Ils étaient bien ensemble, dans le silence de la pièce, de temps en temps interrompu par des exclamations de la petite soeur d'Oishi qui apparemment s'énervait sur un jeu vidéo dans la pièce d'à côté.

- Ma soeur tente d'oublier ton refus en épousant sa Dreamcast à la place.
- Sa quoi ?

Oishi émit un petit rire.

- C'est une console de jeux.
- ... oh.

Oishi continua de rire, semblant ne plus pouvoir s'arrêter.

- Oui, je sais, je ne suis pas au courant des choses à la mode, ce n'est pas une raison pour se moquer... enfin, pour se moquer autant.

Le rire d'Oishi se transforma en sourire et le garçon vola un baiser à son petit ami.

- Je suis désolé.

Ses lèvres glissèrent à nouveau sur la joue de Tezuka, descendant dans son cou, remontant vers le lobe de son oreille.
Oishi sentit les mains de Tezuka se contracter sur les siennes, et fier de son effet, continua son travail et se mit à mordiller la peau sous ses lèvres.
Tout à coup, le corps de Tezuka se mit en mouvement, se retournant dans les bras d'Oishi et capturant ses lèvres, allongeant son petit ami à terre sous lui en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire.
Au bout de quelques minutes d'un baiser intense qui laissa Oishi le souffle coupé, Tezuka reprit la parole et réenfila ses lunettes.

- Si tu es vraiment désolé, aide-moi à finir ce devoir et on se "déconcentrera" autant que tu veux après.

Après un petit rire, Oishi se redressa et vint retrouver sa place à côté de Tezuka.
___________________________

- Zannen, munen, mata raishuuuuuuuuuuuuuuuuu ^o^

Après avoir serré la main de son adversaire, Eiji alla attraper la serviette qu'il avait laissée sur le bord du terrain et essuya la sueur qui perlait sur son front.
Il remarqua une silhouette sur le bord du terrain qui allait s'écarter -sûrement pour aller voir un autre match-.

- Hey, Oishi ! On va manger une glace pour fêter ça ce soir ?
- Si tu veux. Et félicitations.
- Je voulais juste un joli jersey !

Oishi émit un petit rire.

- Va donner ton score, il faut encore que je trouve Inui pour l'organisation de demain. On se retrouve dans un quart d'heure au vestiaire ?
- Ca marche !

Eiji rangea sa raquette, but un peu, et se dirigea vers le tableau des scores.

- Bloc B, Kikumaru/Suzuki, 6-4.

Tezuka, qui tenait le tableau des scores après avoir battu tous les membres de son groupe, leva les yeux.

- Donc te voilà régulier.
- Je crois bien ^-^
- Ca tombe bien, on manque de joueurs de doubles dans notre équipe.
- Quand a lieu le prochain match de tournoi ?
- On affronte Ginka dans deux semaines.

Tezuka sembla réfléchir une seconde.

- Ca te dirait de jouer en doubles avec Oishi ?
___________________________

- On va à la piscine ?
- En novembre ?
- Bah pourquoi pas ? Je connais une piscine chauffée trèèèès bien. Et puis on pourra toujours squatter les jaccuzi...
- ... et tu es venu chez moi avec un maillot de bain dans ton sac ?

Oishi resta interloqué une seconde à la remarque. Il n'y avait pas pensé, effectivement.

- Bah, on peut passer par chez moi en chercher un... mais si tu ne veux pas y aller, hein...
- Tu interprètes toujours ce que je dis comme si je n'avais jamais envie de rien faire.
- Ce n'est pas le cas ?
- ... non.
- Alors tu as envie d'y aller ?
- Oui. Si tu dis que c'est bien, ça doit l'être. Et puis...

Tezuka serra la main d'Oishi dans la sienne.

- Hmm, oui, c'est vrai, tant qu'on est ensemble...

Tezuka fut heureux de voir qu'Oishi avait compris ce qu'il avait voulu dire et partagea un léger baiser avec son petit ami.
___________________________

Tezuka ferma les yeux et poussa un long soupir.
L'eau brûlante remuait autour de lui, plusieurs jets lui massant le dos alors que sa tête se reposait sur le rebords du jaccuzi.
Il sentit la main d'Oishi attraper la sienne sous l'eau mais ne bougea pas, se contentant de retourner une légère pression sur les doigts de son meilleur ami.

- Je t'avais dit que c'était agréable, hein ?
- ... hmm. Je ne doute que très rarement de ce que tu peux dire, Oishi...
- Ah ? Ca t'arrive de ne pas me croire ?

Tezuka ouvrit les yeux et réfléchit un instant.

- Je pense, mais je n'ai pas d'exemple en tête.
- Hmpf... tu me crois quand je dis que je t'aime ?
- Bien entendu.
- ... si ça se trouve je mens.
- Tu ne sais pas mentir, Oishi.

Oishi pinça la peau de Tezuka sous ses doigts et laissa un petit rire sortir de sa bouche.

- Je vais m'entraîner.
- ... tu n'es pas obligé.

Le sourire qui était apparu sur les lèvres d'Oishi s'accentua et ses doigts s'entremêlèrent à ceux de Tezuka sous l'eau, alors qu'un silence prenait place dans la petite pièce où se trouvait le jaccuzi.

- On va directement au stade, demain ?
- Je suppose, oui. Tu as pris tes affaires, non ?
- Hmm. A quelle heure est le match ?
- 14 heures. On peut manger dehors si tu veux.
- Ce n'est pas une mauvaise idée. Vous avez finalement décidé de qui jouait quoi, hier soir ? J'ai oublié de te demander...
- J'ai proposé de te mettre en Doubles 2 avec Kikumaru, pour tester. Il n'était pas contre l'idée. Ca te dit ?
- Hmm... pas de problème, c'est un joueur de filet, je pourrais rester derrière.
- Alors ce sera ainsi. Enfin... vous jouerez peut-être le Doubles 1, Ryuzaki-sensei n'était pas vraiment sûre de quel ordre choisir...
- Pourquoi, qui devrait jouer le Doubles 1 ?
- Inui et Kawamura.
- ... Drôle d'idée.
- Tajima-sempai est malade, il sera remplaçant. Fuji joue le Singles 3, le capitaine le Singles 2 et moi le Singles 1.
- Choix logique. Même si à mon avis Fuji ferait un bon joueur de doubles.
- Hmm... L'organisation de notre équipe est assez chaotique, je crois.
- Tu règleras ça quand tu seras capitaine l'année prochaine.
- ...
- Et puis pour l'instant, on se débrouille très bien avec notre organisation chaotique, hmm ?
- Oui. Tu es sûr que ça ne te dérange pas de jouer avec Kikumaru en match officiel sans avoir vraiment eu l'occasion de t'entraîner avec lui ? On peut toujours te faire jouer avec Kawamura, hein.
- Inui n'a pas plus d'expérience de jeu avec Kikumaru, hein...
- Non, mais il n'en a pas avec Kawamura non plus.
- ... c'est vrai. Mais je n'ai joué qu'une fois avec Taka-san. Et puis bon, maintenant qu'Eiji a éjecté mon ex-partenaire habituel de doubles des réguliers... il va bien falloir que je m'en trouve un autre.
- Hmm...
- En tout cas je jouerai avec Eiji demain. Je suis sûr qu'on arrivera bien à quelque chose. Et sinon, c'est pas grave, on remportera au moins le Singles 1...
- ... Oishi, je crois que le jour où je perdrai un match, tu seras plus déçu que moi.
- Et comme tu ne veux pas me décevoir, je sais bien que ça n'arrivera jamais.

___________________________

- Jeu, set et match, Seigaku, Oishi-Kikumaru !

Les deux partenaires échangèrent un regard complice avant d'aller serrer la main de leurs adversaires et de rejoindre le banc, tout en parlant vivement.

- C'était incroyable.
- On les a massacrés...
- Je crois que nos jeux se combinent plutôt bien, non ?
- Et pas qu'un peu. Tu comprenais absolument tout ce que je voulais faire...

Ryuzaki-sensei les accueillit un sourire aux lèvres.

- Bravo, c'était une très belle victoire.

Leur professeur se retourna, s'adressant à deux autres garçons qui étaient en train de finir de se préparer.

- Inui ! Kawamura ! Vous avez intérêt à faire aussi bien !

Après s'être rafraîchi, Oishi s'excusa auprès d'Eiji et courut jusqu'à l'endroit où se trouvait Tezuka.

- Tu as vu ça ?
- Vous avez tous les deux très bien joué.
- C'était... c'était encore plus que ça. Il y avait une telle... une telle synchronisation entre Eiji et moi. Je n'en reviens vraiment pas, il... il comprenait tout ce que je voulais faire et vice-versa, ça ne m'avait encore jamais fait ça...
- Finalement, notre club va peut-être se trouver une équipe de doubles correcte.

Oishi fit un grand sourire.

- Tout ça pour que tu n'aies jamais à jouer...
- Ce n'est pas ma faute si vous faites tous exprès de gagner tout le temps.
- ... tu as joué combien de fois depuis le début du tournoi ?
- ... deux.
- C'est quand même stupide, tu es le meilleur joueur de l'équipe et tu ne joues jamais...
- Si je ne joues jamais, c'est qu'on n'a pas besoin de moi... et donc qu'on gagne...
- C'est vrai... mais j'aime bien te voir jouer !
- ... on n'a qu'à jouer ensemble demain.
- Pour que je me ridiculise devant tout le club ?
- ... pense ce que tu veux.

Oishi émit un petit rire et se rapprocha un petit peu plus de Tezuka, dans la limite de ce qu'ils s'accordaient avec autant de membres du club autour d'eux.

- Tu fais quelque chose après le match ?
- ... hmm, oui, mon père a dit qu'il avait quelque chose à me montrer... et comme la dernière fois qu'il m'a fait le coup, c'était une montagne à Hokkaido, je ne garantis pas que je sois disponible rapidement... je tenterai de le convaincre de me laisser aller en cours demain si cela s'avère nécessaire.
- ... ton père est terrible... pfff... le prochain week-end est siii loin...

Tezuka remonta ses lunettes sur son nez.

- Tu peux venir à la maison en semaine, si tu veux.
- ... je risque de déranger...
- Tu sais bien que ce n'est pas le cas.
- Hmm...

C'est ce moment que choisit le capitaine de l'équipe pour arriver et demander à Tezuka d'échanger quelques balles avec lui pour s'échauffer.
Après un court signe de tête à Oishi, Tezuka s'éloigna, laissant son petit ami regarder d'un peu plus près le match qui avait lieu.
Inui et Kawamura se débrouillaient plutôt bien, même si les deux garçons avaient plutôt un jeu de fond de court.

- Inui se débrouille bien au filet, non ?

C'était Eiji qui était venu prendre place à côté de lui

- Moins bien que toi.
- C'est gentil. Mais pour lui, ce n'est pas son style de jeu habituel...
- ... hmm.

Oishi détourna un instant son regard du match et regarda son nouveau partenaire de doubles.

- Alors, pas trop mécontent d'être à Seigaku ?
- Non, vraiment pas ! Je vais enfin jouer des matchs intéressants !! Et puis j'ai trouvé un très bon partenaire...

Oishi rougit légèrement alors que son attention se reportait à nouveau sur le terrain où l'arbitre annonçait 3 à 2 pour leur équipe.

- ... je crois qu'on s'est effectivement plutôt bien trouvés.

___________________________

Oishi passait désormais la plus grande partie des entraînements avec Eiji, les deux garçons tentant de renforcer leur équipe de doubles.
Très vite, ils furent imbattables au sein du club, même si les joueurs de doubles restaient une denrée assez rare à Seigaku.

- Oishiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

L'interpellé tressaillit au cri, vu qu'il se trouvait à moins d'un mètre d'Eiji.

- ... quoi ?
- Tezuka est ton meilleur ami, non ??
- Hmm...
- Tu crois qu'il voudrait bien jouer contre nous ? On pourrait le faire jouer avec Fuji ! Ce sont les deux meilleurs du club !! Ce serait pas bien de jouer contre eux deux ??
- Tezuka n'est pas un joueur de doubles...
- Je suis certain qu'il dit ça pour s'éviter le déshonneur de perdre quand il joue avec quelqu'un. Ou alors il est tellement asocial qu'il ne veut pas d'un partenaire ??
- ... Eiji...
- Bah quoi ?
- Tezuka a joué un ou deux doubles en première année, et c'est tout. Tu as vu comme moi... ce serait stupide de le faire jouer autre chose que le Singles 1, il a un jeu complet 'tout seul'.
- Oui mais bon........ je voulais juste affronter quelqu'un de fort.
- Fuji est habitué à jouer des doubles... si on lui trouve un partenaire, je suis sûr qu'il voudra bien nous affronter...

Machinalement, les deux garçons commencèrent leurs étirements tout en continuant de discuter, et s'aidant l'un l'autre.

- ... tu crois vraiment que Tezuka refuserait ?
- Non, mais je me demande si on est capable de l'emporter même en jouant à deux contre lui seul...
- ... je me demande si tu ne l'idéalises pas un peu.

Oishi rougit légèrement.

- ... mais j'admets qu'il est très fort... Rien à voir, mais tu fais quelque chose ce soir ?
- Bah, je n'ai rien de prévu...
- Tu as quelques heures à perdre en ville avec moi ?
- Bien sûr... enfin, il faut juste que je prévienne Tezuka vu que...
- ... tu rentres avec lui d'habitude. Je sais, Oishi, tu me le dis à chaque fois qu'on fait quelque chose après le club.
- Oh, désolé. On se retrouve à la sortie du vestiaire ?
- Okiiiiiiiiiiiiii ^-^
________________________________

- Tezuka ?

L'attention du collégien, jusque-là concentré sur un match, se reporta sur son petit ami.

- C'était juste pour te dire que je vais en ville avec Eiji ce soir, donc ne m'attends pas pour rentrer.
- C'est noté.

Oishi contempla ses chaussures une seconde, alors qu'il ressentait une drôle de gêne.

- Demain c'est samedi... on se voit ?
- Bien entendu.
- A 14 heures, à l'endroit habituel ?
- Sois à l'heure.
- Promis.
- Tu me le promets à chaque fois mais tu ne l'es jamais.
- Oh, quel menteur, j'arrive en retard une fois de temps à autres, c'est tout...
- Hmpf...
- De toute façon tu m'aimes quand même.
- Hmm.

Tezuka remonta ses lunettes sur son nez, jetant un rapide coup d'oeil au match en cours.

- Alors à demain.
- A demain.
___________________________

- Eiji, je suis là !

Eiji attrapa le bras d'Oishi et le tira en avant brusquement, se mettant à courir.

- Dépêche-toi, on est en retard !!
- En retard pour quoi ?
- Il y a un concert gratuit de Kimiko-chan !!
- ... tu écoutes ça ?

Eiji fit une petite moue tout en tirant un peu plus sur la veste d'Oishi.

- Elle chante trèèès trèèès bien ! Et puis ses chansons sont chouettes ! Et...
- ... elle est jolie ?

Eiji sembla surpris un instant puis se mit à rire bruyamment.

- ... oui, je suppose.

Oishi se contenta de cligner des yeux à la réponse alors que les deux garçons atteignaient la station de train depuis laquelle ils iraient en ville.
Oishi réalisait progressivement qu'il n'avait jamais eu d'ami comme Eiji.
Depuis un peu plus d'un an, il passait la majeure partie de son temps libre avec son petit ami, mais il devait se rendre compte qu'avoir d'autres amis était agréable, et la présence d'Eiji à ses côtés était amusante.
Non pas qu'il soit malheureux avec Tezuka, mais c'était différent... et méritait qu'on y consacre quelques heures par semaine.

- Tu sais, Oishi, je suis content qu'on soit partenaires de doubles.
- Moi aussi.
- Hmmm... je voulais dire... je suis heureux de m'être fait un aussi bon ami en aussi peu de temps !!!

Oishi répondit par un petit sourire à l'enthousiasme d'Eiji et les deux garçons se turent en attendant que le train s'arrête à leur station, alors que les pensées d'Oishi revenaient à la relation qu'il avait avec le collégien.
C'était... totalement différent d'avec Tezuka. Déjà, c'était Eiji qui souriait tout le temps, Oishi se sentant beaucoup plus calme et mature à côté de l'énergumène gigotant qui était devenu son partenaire attitré.
Oui, il avait quelque part l'impression que les rôles étaient inversés, même si Eiji devait beaucoup moins lutter pour qu'il sourit qu'Oishi lui-même pour faire sourire son petit ami.

Oishi poussa un petit soupir puis sentit la main d'Eiji sur sa manche le tirer vers l'extérieur du train.

- On y eeeeeeeeeest !!

_________________________________

- C'était bien, hein, hein ?
- Pas mal du tout.
- Hi hi ^-^ Je te l'avais dit !!

Les deux garçons continuèrent de marcher tranquillement dans les rues de la ville tout en discutant quand Eiji réalisa l'heure qu'il était et s'inquiéta.

- Aaaaaah !! Je suis en retard !! J'avais rendez-vous avec mon frère !!
- Tu as un frère ??

Eiji sortit son portable de la poche de son blouson tout en répondant à Oishi.

- Deux, et deux soeurs aussi. Il faudra que tu viennes à la maison un jour, que je te les présente.
- Ce sera avec plaisir.

Eiji composa un numéro, se confondit en excuses et promit d'arriver dans les quelques minutes qui suivaient son coup de fil.

- Je suis désolé de te planter là !!!
- Ce n'est rien, je vais rentrer chez moi... après tout, j'ai un TP de chimie à préparer.

Eiji émit un petit rire.

- A la prochaine !!

Le garçon se mit à courrir et disparut rapidement au détour d'une rue, laissant Oishi rentrer tranquillement chez lui.
_________________________

Le samedi suivant, Tezuka attendait son petit ami un livre à la main, assis sur l'unique banc d'une petite place d'un quartier commercial.
Il était légèrement en avance, ayant mis moins de temps qu'il ne le pensait à trouver le gadget que sa grande soeur lui avait demandé d'acheter.

- Tezuka !

L'interpellé baissa son livre et se retourna pour voir Oishi arriver...
... accompagné.

- Hoi hoi, fuku-buchôôô ^-^
- Oishi. Kikumaru.

Tezuka se leva tout en refermant son livre.
Kikumaru était un garçon... sympathique, il devait l'avouer.
Peut-être... un peu trop sympathique par moments.
Peut-être trop enjoué.
Il ne savait pas vraiment pourquoi, ces derniers temps, Tezuka... n'appréciait pas la compagnie d'Eiji... ne savait pas pourquoi il devait retenir de légers soupirs à chaque fois qu'il le voyait arriver...

- Eiji n'avait rien à faire cet après-midi, ça ne te dérange pas qu'il vienne avec nous ? Il n'a pas voulu me croire quand je lui ai dit que tu pouvais faire 'autre chose' que jouer au tennis dans tes moments libres...

Eiji émit un petit rire alors que Tezuka remontait ses lunettes sur son nez.

- Ca ne me dérange pas.

Ca devait être la chose à répondre, non ?
Après tout, il passait déjà beaucoup de journées rien qu'avec Oishi. Il en profitait bien assez...
L'important restait qu'il était auprès de celui qu'il aimait et qu'il pouvait le voir sourire. Il n'avait pas besoin de plus.
__________________________

- Hey, on va là !?!

Avant de répondre à son partenaire de doubles, Oishi se retourna vers son petit ami.

- Qu'est-ce que tu en dis ?
- Hmm... il faut que je retourne chez moi.
- Tu rentres déjà ?
- ... comme lundi est férié, je vais camper avec mon père ce week-end. Il vaut mieux que je rentre tôt.

Oishi fit une petite mine contrite.
Ca faisait à peine deux heures qu'ils étaient ensemble et il se rendait compte qu'il n'avait pas vraiment pu... partager ce moment avec Tezuka.
Eiji avait beaucoup parlé, et lui aussi (même si un peu moins que le rouquin), et Tezuka était resté en arrière, silencieux comme à son habitude.

- Tu fais du camping, Tezuka ?
- Demande à Oishi, il te racontera mieux que moi. Amusez-vous bien.

Et sur ce Tezuka partit, plantant là ses deux camarades du club de tennis, alors qu'Oishi se sentait bizarrement mal.
__________________________

- Tu sors avec Tezuka ?

Oishi se mit à rougir légèrement.

- ... oui.
- Je n'aurais jaaaamais deviné avant aujourd'hui. Il n'est pas très expressif, hein ?
- Plus que tu ne le crois. ... Comment tu as deviné ?
- Tu te retournais toutes les deux minutes en faisant des yeux de merlan frit à son égard.

Oishi rougit un peu plus.

- Ah ?
- Disons qu'en plus Inui me l'a dit hier.

Eiji émit un petit rire et Oishi se demanda s'il resterait bientôt quelqu'un dans le club de tennis qui ne serait pas au courant de sa relation avec Tezuka.

- Ca fait longtemps, vous deux ?

Oishi compta dans sa tête, se souvenant de ce fameux jour de pêche où Tezuka lui avait fait sa déclaration... et réalisa.

- Oh non, ça fait pile six mois aujourd'hui et j'ai totalement oublié !
- Oups... je vous ai un peu gâché votre anniversaire, je suppose...
- Bah, tu ne pouvais pas savoir, Eiji. Ce que je suis bête. Et moi qui me demandais pourquoi il avait l'air de mauvaise humeur aujourd'hui... il faut que je l'appelle.

Oishi se releva et alla chercher son téléphone dans son blouson.

- Je me demande comment tu fais pour voir si Tezuka est "de mauvaise humeur"...

Oishi ignora la remarque d'Eiji alors qu'il composait le numéro de son petit ami.
Ce fut le répondeur qui finit par lui parler.

- C'est Oishi... je suis désolé pour aujourd'hui.
- Je suis désolé aussi !! Je ne savais pas !!!!!
- Eiji... chut. Ahem... enfin, j'avais oublié, et rien ne m'excuse, et... enfin, pardonne-moi. On se voit mardi en cours ? Je tenterai de t'appeler demain.

Oishi raccrocha et poussa un petit soupir.
Il se sentait particulièrement mal.

- Tu aurais dû finir par un "je t'aime"....... Au fait, il n'était pas parti camper ? Il n'y a peut-être pas de réseau là où il est...

Oishi poussa un long soupir, se maudissant lui-même.

- Je suis trop bête.
__________________________

Le mardi arriva plus vite qu'il ne le pensait.
Au final, passer le week-end en montagne avec son père avait été agréable, et Tezuka avait presque pu "oublier" la trop courte après-midi passée avec Oishi.
Il ne savait pas pourquoi, il en avait voulu d'une certaine manière à son petit ami de cette après-midi un peu "gâchée"...
Ce n'était pas bien grave, s'il ne s'était pas souvenu de leur anniversaire.
Après tout, lui n'avait rien dit non plus... pas parce qu'il avait oublié mais plutôt à cause de la présence de Kikumaru...
... qui apparemment était désormais au courant, vu la petite voix qu'il avait entendu dans le fond du message qu'Oishi avait laissé sur son répondeur.
Le deuxième message, laissé le dimanche dans la journée, avait été bien plus agréable à écouter.
Oishi y était un peu hésitant, peut-être parce que le répondeur répondait encore moins que Tezuka lui-même.
Et comme d'habitude, le plus jeune des deux garçons ne pouvait constater qu'une chose : il était incapable d'en vouloir à Oishi pour quoi que ce soit.
Et quand il vit son petit ami arriver à leur rendez-vous matinal pour aller en cours, au croisement d'une rue, il se sentit pratiquement sourire, même si les muscles de son visage ne bougèrent pas d'un brin.

- Oishi.
- Désolé désolé et encore désolé pour samedi !!!

Tezuka attrapa la main d'Oishi dans la sienne.

- Ce n'est rien. On a encore beaucoup d'anniversaires devant nous, non ?

Oishi rougit légèrement avant de faire un grand sourire.

- Oui !

Un petit rire sortit de sa bouche et Tezuka sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine.

- ... mais on peut toujours fêter celui-là avec un peu de retard... tu fais quelque chose ce soir ?
- ... ah, mince... j'avais prévu de faire une course en ville avec Eiji. Tu veux que j'annule ?
- Non, ce n'est pas grave. Un autre jour ?
- Bien entendu ! Demain ? Je t'invite quelque part. Où tu veux.

Oishi avait précédé Tezuka et lui faisait face.

- ... il faut que je me rattrape.
__________________________

Au final, les deux garçons s'étaient retrouvés tous les deux chez Oishi et avaient commencé par rattraper le week-end, l'un des premiers qu'ils aient passé séparés depuis longtemps...
Oishi avait entraîné Tezuka dans sa chûte sur le lit, et les deux garçons avaient échangé moult caresses et baisers avant de s'installer confortablement l'un contre l'autre.

- On sort ?
- Où ça ?

Oishi releva la tête, la position "avachi dans les bras de Tezuka" l'empêchant de voir son petit ami en même temps qu'il lui parlait.

- Bah, je sais pas... en ville ?
- Pour y faire quoi ?
- On trouvera bien une idée sur le chemin !
- Dis tout de suite que tu en as assez d'être dans mes bras...

Oishi émit un long soupir.
Une des mains de Tezuka passa le long de son cou et dans ses cheveux, ébouriffant ceux-ci encore un peu plus qu'à leur habitude.

- Tu as gagné, on sort.

Oishi se prélassa un peu plus dans les bras de Tezuka, réalisant tout à coup que sortir impliquait s'écarter de son petit ami.

- Hmmmm, dans cinq minutes.
- Tu ne sais pas ce que tu veux.

Oishi se retourna, un petit sourire aux lèvres.

- Si, je sais tout à fait, mais ça attendra ce soir.

Et il captura les lèvres de Tezuka des siennes quelques instants, avant de se lever et de préparer ses affaires.
_________________________________

- Un bowling ?
- Tu n'as pas envie ?
- Je n'en ai jamais fait.
- Je m'en doutais un petit peu.

Oishi attrapa la main de Tezuka une seconde, profitant du fait qu'ils soient seuls dans l'entrée de l'établissement.

- Tu vas voir, c'est chouette.

Bizarrement, Tezuka trouvait que le sourire qu'arborrait Oishi était... inquiétant.
_________________________________

Pour la troisième fois consécutive, la boule se retrouva dans la gouttière, laissant Tezuka perplexe quant à comment arriver à jouer correctement à ce jeu.

- Je crois que je ne suis vraiment pas doué.
- ... pas vraiment. Mais tu vas apprendre, ne t'inquiète pas. Penche-toi plus et n'hésite pas à lancer plus fort.

Oishi montra l'exemple en accomplissant son quatrième strike d'affilée.

- Ca a l'air tellement simple en te regardant. Tu joues souvent ?
- Assez.

Tezuka tenta de faire comme son meilleur ami, mais fut vite interrompu par Oishi.

- Non pas comme ça. Ta jambe...

Oishi se rapprocha et lui fit signe de reculer un peu la jambe.
Parti dans sa lancée, il attrapa le bras de Tezuka, changea sa position, puis continua en appuyant sur le dos de son compagnon.

- Tu te mets à me tripoter en public, maintenant ?

Oishi se mit à rougir légèrement.

- Je voulais juste t'aider... tu es un peu trop rigide.
- Tu ne dis pas ça, d'habitude.
- Hem... enfin, c'est comme ça, la bonne position, donc si tu veux essayer...

Tezuka lança la boule et celle-ci atteignit son but, même si seulement trois quilles se renversèrent.

- Merci pour les conseils.

Oishi était encore un peu rougissant, sans vraiment trop savoir pourquoi, et préférait rester à une distance acceptable de son petit ami.

- Oishi, je te taquinais.
- ... c'est tellement rare que ça m'intimide.

Tezuka cligna des yeux, surpris.

- Je t'intimide, maintenant ?
- ... bah... tu sais bien ce que je veux dire...
- ... non.

Les deux collégiens se regardèrent avec un air un peu surpris, puis un petit rire sortit de la bouche d'Oishi.

- Ce n'est pas grave, même moi je ne comprends pas vraiment.

Oishi attrapa une boule de bowling et prit la place qu'occupait Tezuka jusque-là.

- Regarde bien le mouvement, je suis sûr qu'avec juste un peu plus d'entraînement tu pourrais devenir bon.

Tezuka obtempéra, n'ayant de toute façon pas l'intention de regarder autre chose que le corps d'Oishi alors que celui-ci jouait.
________________________________

Le temps s'arrêta une seconde quand la porte de la chambre d'Oishi se referma.
Les deux collégiens se regardèrent les yeux dans les yeux une seconde, conscients de partager exactement les mêmes pensées.
En un instant, les corps s'étaient rapprochés et les lèvres s'étaient retrouvées, partageant un baiser fougueux et chaotique.
Les lunettes de Tezuka furent rapidement bazardées et les deux garçons s'effondrèrent sur le lit, se dévorant littéralement, embrassant tout ce qu'ils trouvaient sous leurs lèvres.

- ... Oishi...

Tezuka ne s'était même pas écarté une seconde pour prononcer le nom de son petit ami entre deux inspirations rapides.
Ses mains s'étaient faufilées sous le pull de son petit ami, faisant naître des frissons sur la peau d'Oishi.

- ... j'ai monstrueusement envie de toi.

Oishi se contenta de répondre en attirant à nouveau la bouche de Tezuka à lui, l'embrassant de plus en plus intensément, profitant de l'occasion pour passer au-dessus de son petit ami, s'installant à cali-fourchon au-dessus des jambes de Tezuka.
Il attrapa les poignets de Tezuka, faisant sortir les mains du garçon de sous son pull, et écarta légèrement ses lèvres de celles de son petit ami.

- ... à quel point ?

Tezuka fixa un instant son petit ami puis renversa la situation, se retrouvant au-dessus d'Oishi même si ses poignets étaient encore prisonniers.

- Tu vas voir, à quel point...
__________________________

Tezuka caressait doucement ses cheveux quand Oishi se rappela soudain quel était le but premier de leur soirée.

- Mince !

Il se redressa rapidement, attrapa son caleçon qui traînait au pied du lit et se leva.

- Qu'est-ce qui se passe ?

Tezuka avait allumé la lampe de chevet et attrapé ses lunettes, surpris par autant d'agitation.
Oishi ouvrit un des tiroirs de son bureau, en sortit quelque chose et vint se rasseoir sur son lit aux côtés de son petit ami.
Il avait une enveloppe à la main et un sourire aux lèvres.

- Bon anniversaire, avec un peu de retard.

Tezuka attrapa l'enveloppe mais ne l'ouvrit pas tout de suite.
Il chercha d'abord le regard de son meilleur ami et se demanda un instant ce qu'Oishi avait pu lui trouver.
L'enveloppe contenait deux tickets pour...

- C'est pour un petit tournoi pro... Ce ne sont pas les meilleures places, mais comme on voit rarement du tennis en salle...
- Il ne fallait pas.
- Bien sûr que si. Il fallait que je me rattrape.
- Je... je n'ai rien de prévu pour toi...

Oishi émit un petit rire et captura les lèvres de Tezuka.

- Ta présence me suffit.

Tezuka sentit son coeur se serrer, et se sentit bête de ne même pas être capable de répondre par un sourire.
Il ferma les yeux une seconde puis déposa un baiser sur la joue de son petit ami.
Il ne savait pas faire mieux.
Et s'en voulait d'être incapable de montrer à Oishi ce qu'il représentait pour lui.
__________________________

C'était une journée comme une autre, un entraînement comme tous les autres au sein du club de tennis de Seigaku.
Tezuka venait de remporter un court match contre Inui, ce dernier ayant insisté pour jouer une énième fois contre lui.
Il s'était retourné vers le côté du terrain où se trouvait Oishi et avait commencé à marcher pour rejoindre ce dernier quand il réalisa.
Oishi était en train de rire à ce que disait Kikumaru, qui semblait ne plus pouvoir s'arrêter de parler.
Il lui tournait le dos, et Tezuka sentit son coeur se serrer à cette vue.
Il n'avait jamais vraiment su faire rire Oishi, et il se sentait mal d'être incapable de simplement rendre son petit ami aussi heureux que quand il était avec Kikumaru.
... aussi heureux.

Sa main se resserra sur sa raquette et Tezuka fit demi-tour, rejoignant son adversaire de son précédent match, déjà occupé à prendre des notes.

- Tu as augmenté ta puissance.
- Ah ?

Tezuka n'était pas inhabitué au fait qu'Inui remarque des choses à son sujet que même lui ne voyait pas.

- Hmm... mais ça ne m'empêchera pas de te rattraper.

Tezuka n'osa pas répondre.
Inui lui était encore de beaucoup inférieur, et il faudrait plus que juste des notes au jeune homme pour le rattraper.

- ... même si j'admets que ce ne sera pas pour tout de suite...

Tezuka fut quelque part soulagé de voir qu'Inui se rendait parfaitement compte de son niveau.
Le jeune homme releva les yeux de son cahier et scruta celui qu'il venait d'affronter.

- Quelque chose ne va pas ?

Tezuka redressa ses lunettes sur son nez.

- Pourquoi tu demandes ça ?
- Tu as l'air énervé par quelque chose... et de ne pas savoir ce que tu dois faire.

Tezuka resta immobile une seconde.
Comment Inui avait-il pu deviner ça ?

- Tu te demandes comment je sais ? Oh, tu n'es pas 'aussi' inexpressif que tu le crois, Tezuka.
- ...
- Alors, quelque chose ne va pas ?
- Tout va bien.

Inui fit un petit sourire entendu.

- Je me suis trompé, alors...

Puis il s'éloigna de Tezuka, ce dernier sachant pertinnement qu'Inui n'avait pas été dupe une seconde.
__________________________

Il ne pouvait rien faire.
Il pouvait juste constater.
Et au fur et à mesure que les jours passaient, il s'en rendait compte de mieux en mieux.
Et il ne savait pas quoi faire, pas quoi dire.

A chaque fois qu'Oishi arrivait en retard "parce qu'il était avec Eiji", à chaque fois qu'il parlait de celui qui était devenu son partenaire exclusif de doubles, à chaque fois, il se contentait de hocher la tête et de faire comme si de rien n'était.
Il n'avait jamais eu le coeur à se fâcher quand Oishi expliquait combien c'était incroyable "à quel point ils se comprenaient".
Il n'avait jamais eu le courage de lui dire qu'il... lui faisait de la peine.
Que quelque part, oui, il était jaloux.
Qu'il aurait voulu garder Oishi rien que pour lui, que tous ses sourires lui soient réservés.
Alors il ne faisait rien.
Peut-être parce qu'Oishi ne comprenait pas, ne voyait pas qu'il s'écartait de lui, d'une manière ou d'une autre.
Ou peut-être justement parce qu'il ne s'écartait pas.
Parce qu'il semblait l'aimer toujours autant, parce qu'il lui réservait toujours un regard affectueux au milieu d'un cours ou d'un entraînement, parce qu'il restait dans ses bras tous ces dimanches d'hiver sous le prétexte qu'il avait froid.
Parce qu'ils étaient encore heureux d'être ensemble...

Et autant il pouvait avoir mal, autant Tezuka ne voulait pas renoncer à tout ça.
Il s'en voulait à lui-même, quelque part, pour ne pas être capable de dire à Oishi ce qu'il ressentait, ou de le laisser partir.

Alors il se contentait d'attendre et d'espérer, voyant jour après jour qu'ils ne pourraient plus longtemps rester... ainsi.
__________________________

- Oishiiiiiiii, tu viens manger une glace avec moi ce soir ?
- Ah... euh, si tu veux.

Oishi trouvait bizarre d'aller manger une glace en hiver mais se laissa tirer par son partenaire de doubles par le bras, Eiji se dépêchant de leur faire quitter l'enceinte du lycée.

- Hey, attends, je n'ai même pas pu dire au revoir à Tezuka.

Eiji relâcha son emprise, un peu gêné par sa propre conduite.

- Je t'attends cinq minutes, ça suffira ?
- On fera en sorte.

Oishi retourna en arrière et partit en quête de Tezuka.
Le jeune homme discutait encore avec leur coach et Oishi hésita une seconde à les déranger.
Au final, Tezuka le remarqua et il put lui faire un petit signe montrant qu'il était pressé et qu'il s'en allait, et Tezuka acquiesça doucement à son intention sans pour autant interrompre Ryuzaki-sensei.

Oishi retrouva bien vite Eiji et les deux garçons se balladèrent en ville avant de choisir où ils allaient acheter leurs glaces.
Eiji fit signe qu'il préférait continuer de marcher leurs glaces à la main, vu qu'il comptait faire un peu de shopping par la même occasion.
Alors que le plus petit des deux garçons s'enthousiasmait sur le dernier album d'une chanteuse à la mode, son nez heurta légèrement sa glace dans un mouvement un peu trop brusque.
Oishi poussa un soupir, sortit un mouchoir en papier de sa poche et essuya le nez de son partenaire de doubles.

- Apprends à manger.

Eiji lui fit un grand sourire en guise d'excuse et Oishi sentit bizarrement son coeur se serrer dans sa poitrine.

- Tu... tu as encore des magasins à voir ?
- Bah, je n'ai 'rien' en particulier à voir, hein, je me contentais de passer un peu de temps avec toi ^-^

Oishi se sentit un peu gêné et contempla ses baskets sans vraiment savoir que penser de la situation.
__________________________

Il faisait chaud.
Particulièrement chaud.
C'était agréable vu combien l'hiver était glacial cette année.
Mais Tezuka se savait privilégié, et il savait qu'il avait actuellement la position la plus agréable qui soit.

Il s'était réveillé quelques instants auparavant, et avait remarqué deux grands yeux verts qui le contemplaient.
En ce moment, Oishi se réveillait toujours avant lui, et quand il émergeait, le jeune homme était toujours en train de l'observer.

- Bonjour...

Un murmure accompagné d'un baiser.

- Bonjour.

Oui, il faisait chaud tout contre Oishi, sous la couette accueillante du lit de son petit ami.
Tezuka souleva le bout de drap qui était venu recouvrir le radio-réveil pendant la nuit.

- Quelle heure est-il ?
- Tôt. Trop tôt pour se lever.
- Pourtant je ne suis plus fatigué du tout.
- On s'est couché tôt.
- C'était une façon inorthodoxe de se coucher...
- Je ne pensais pas que mon cadeau te ferait autant d'effet.

Oishi répondit par un sourire à la remarque de Tezuka et tendit le bras pour attraper le cadeau qui avait été relégué à la table de nuit en début de soirée.
C'était une photo.
La photo d'eux que Sanako avait prise quand ils avaient grimpé en haut de l'Asama-san.
Elle était dans un cadre sobre et élégant, tout ce dont on aurait pu s'attendre de la part de Tezuka.

- J'ai rarement passé un aussi joyeux Noël... avec le deuxième aquarium... et puis la photo... et puis surtout tu es là...

Tezuka caressa tendrement la joue d'Oishi.
Il était aussi heureux d'être ici.
Après avoir passé une matinée de 25 décembre plus que banale avec sa famille, il avait pu s'eclipser pour rejoindre Oishi, les deux garçons passant une soirée dans les bras l'un de l'autre.
... Et se réveillant aussi dans les bras l'un de l'autre, ce qui faisait que cette matinée, celle du 26, était bien plus agréable que celle de la veille pour Tezuka.

- Je dois dire que je ne suis pas mécontent d'être ici non plus...

Tezuka attira le visage d'Oishi à lui, glissant un baiser sur le front du jeune homme.

- Je ne me lasserai jamais de me réveiller dans tes bras...

Sans vraiment qu'ils ne s'en rendent compte, les deux garçons en vinrent à échanger plus de baisers, plus de caresses, repartant dans une danse qu'ils avaient déjà menée la veille.
__________________________

Tezuka enfila ses chaussures, soupirant à l'idée de rentrer chez lui avec pour seule perspective de passer l'après-midi avec ses soeurs.
Mais il avait promis à sa mère de rentrer tôt, donc il n'avait pas le choix.
Les deux garçons passèrent la porte de la maison d'Oishi, un vent glacial soufflant à l'extérieur.

- Tu sors aussi, Oishi ?
- Oui, je dois voir Eiji.
- ... On se voit un de ces jours ?
- Hmm ! Appelle-moi.

Après avoir acquiescé de la tête, Tezuka quitta le porche et partit dans la direction de sa maison.
Il essaya tant bien que mal de ne pas penser au fait que c'était Eiji qu'Oishi allait rejoindre, de ne pas penser à ce que les deux collégiens pourraient faire, mais peine perdue.
Il n'arrivait pas non plus à douter des sentiments d'Oishi à son égard, mais quelque part, il réalisa qu'il aurait été bien plus heureux s'il avait pu emmener Oishi avec lui et ne jamais le laisser.
...
Il faisait froid aujourd'hui.
__________________________

- Et à ce moment, le héros tombe de l'avion ! Sauf que personne ne s'y attendait et Eiji a bondi dans son siège en poussant un petit cri ! Toute la salle s'est retournée...

Oishi poussa un petit soupir à ce souvenir.

- ... mais c'était un bon film, au final ! Assez drôle. Enfin, même très drôle pour certains, Eiji rigolait 'tout le temps', c'était un peu embarrassant.

Oishi émit un petit rire alors qu'il rangeait son pantalon dans son casier.

- ... tu aurais vu ça... je suis sûr que tu aurais été capable de lui faire faire des tours de terrain pour ça... ou de salles de cinéma...

Oishi enfila son jersey et s'apprêta à sortir du vestiaire, se tournant vers son petit ami une seconde.

- Ca ne va pas, Tezuka ?
__________________________

Il neigeait ce jour-là.
L'hiver était arrivé au galop, le temps était passé particulièrement vite, et rien n'avait changé.
Non, rien.

C'était un samedi après-midi comme un autre.
Ils étaient tous les deux ensemble.

Oishi et lui préparaient déjà les examens pour la fin de l'année, avec trois mois d'avance.
Enfin, ils préparaient surtout l'examen blanc qui aurait lieu la semaine suivante, et pour lequel Oishi angoissait un peu plus que de raison.

Après deux heures d'intense labeur, les deux garçons s'octroyèrent une pause.

- Tu sais, Eiji m'avait proposé de venir chez lui pour réviser aujourd'hui, mais avec lui on ne travaille jamais, et puis comme j'avais déjà prévu de venir ici, je n'allais de toute façon pas accepter. C'est incroyable comme on ne trouve jamais le temps pour travailler, avec lui, c'est comme s'il y avait toujours quelque chose de plus intéressant à faire !

Et aujourd'hui, juste aujourd'hui, Tezuka ne savait pas bien pourquoi, c'était peut-être la neige, c'était peut-être cette douleur sourde dans son coude alors qu'il écrivait, ça aurait pu être n'importe quoi, mais aujourd'hui, il en avait assez.

- Tu serais peut-être mieux avec lui.

Le silence prit place dans la pièce, Tezuka sentant son estomac se nouer à ce qu'il venait de dire.
Qu'allait-il se passer maintenant ?

- Qu'est-ce que tu dis ???
- Je dis que tu devrais te rendre à l'évidence, tu serais beaucoup plus heureux avec... avec Kikumaru.

Après être resté interloqué une seconde, Oishi se leva de sa chaise et giffla Tezuka, de toutes ses forces, sans avoir réfléchi une seconde.
Ce n'est qu'après son geste qu'il réalisa ce qu'il avait fait, se confortant dans l'idée qu'il était totalement justifié.
Comment Tezuka pouvait-il douter de ses sentiments ? Comment pouvait-il dire ça comme si c'était la chose la plus naturelle à dire ? Comme s'il... s'il n'en avait absolument rien à faire ?
Il restait juste sur sa chaise, les yeux baissés, alors que ses lunettes étaient tombées à terre.

- Comment OSES-tu dire ça ?

Tezuka se contenta de se baisser pour ramasser ses lunettes, les remettant soigneusement sur son nez, ne relevant pas le visage.
Sa joue commençait à le brûler, mais il l'avait sûrement mérité pour avoir attendu tout ce temps, pour ne pas avoir su garder celui qu'il aimait, pour ne pas être capable de le rendre heureux alors qu'il méritait ce qu'il y avait de mieux.

- Je ne fais que dire la vérité. Tu t'entends tellement bien avec lui. Je ne fais que dire une évidence, tu serais plus heureux avec lui.

Tezuka parlait d'un ton monocorde, sans prendre la peine de regarder Oishi.
Il n'aurait pas pu de toute façon.
Oishi n'en croyait pas ses oreilles. Tezuka disait tout ça comme s'il avait récité une leçon.

- Tezuka !

L'interpellé ne redressa pas la tête.

- Dis-moi que tu ne penses pas ça. Dis-moi que tu ne penses pas un mot de ce que tu as dit.

/Dis-moi que tu en as quelque chose à faire.
Dis-moi que tout ce qui compte pour toi c'est qu'on reste ensemble./

- ... Dis-moi qu'il ne représente rien pour toi.

Oishi prit une courte inspiration et résista à l'idée de claquer une deuxième fois son petit ami.
Non, il allait faire exactement ce que Tezuka voulait.
Déguerpir d'ici.
Un court silence prit place, puis Tezuka entendit Oishi rassembler ses affaires et ouvrir la porte de sa chambre.

- Tu es un imbécile, Tezuka.

Le bruit des pas d'Oishi dans l'escalier, la porte d'entrée qui s'ouvrait et se refermait rapidement.

Il neigeait, dehors.
Tezuka poussa un léger, très léger soupir.
Oishi ne devait pas avoir de parapluie.
Non, certainement pas.

Un autre bruit à sa porte.
Sa mère entrait, semblant quelque peu inquiète.

- Kunimitsu, Shûichirô-kun ne devait pas dormir à la maison, ce soir ?
- ... pas ce soir, non.

Tezuka retira ses lunettes, sentant que... qu'il ne pourrait pas retenir ses larmes bien longtemps.
Il priait juste pour que sa mère quitte la pièce avant.
Mais celle-ci se rapprocha de lui et vint poser une main sur la sienne.

- Vous vous êtes fâchés ?

Tezuka ne put retenir une larme qu'il se dépêcha d'essuyer de sa main libre.

- Hmm.

Sa mère déposa un baiser dans ses cheveux.

- Ca va aller...

Non, ça n'allait pas.
Il venait de laisser partir la personne la plus chère à ses yeux.
Il ne l'avait même pas "laissé" partir, il l'avait "fait" partir.
De nouvelles larmes coulèrent de ses yeux et il n'essaya plus de les retenir.

- Tu l'aimes, c'est ça ?

Tezuka tressaillit à la phrase de sa mère.
Tout tournait dans sa tête.

- ... hmm.

Tezuka eut droit à un nouveau baiser dans ses cheveux, alors que les bras de sa mère l'entouraient.
Il ne s'était pas rendu compte avant à quel point il avait froid.

- ... et j'ai tout gâché.

Il neigeait au-dehors.