Titre : Yuko-chan
Auteur : (Satan Petite) Flore
Disclaimer : Les personnages appartiennent tous à Matsushita Yoko ;_; mis à part ceux que j'ai insidieusement créés ^^;;;
Pairing : Tatsumi x Watari (ou l'autre sens ^^;;)
Petite note de l'auteur : Tatsumiiiiiiiiiiiiiiiiiiii *-* Watariiiiiiiiiiiiiiiiiiii *-*  (ahem, pardon...)      Je voulais juste prévenir que cette fic contient mes spéculations stupides à propos des regrets que pouvait avoir laissé Watari dans notre monde ^o^;;;
 
 
 
 
 
 

"Tatsumiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii...?
- Non.
- Mais euh, tu ne sais même pas ce que je veux te demander !
- Pense à revoir ton approche si tu veux que ça marche la prochaine fois...
- Tu es cruel et injuste.
- Ca ne marchera pas.
- Tu ne veux même pas m'écouter ?
- J'ai d'autres choses à faire.
- A quel prix puis-je avoir ton attention ?"

Tatsumi finit par relever les yeux de son ordinateur.

"Trop cher pour toi.", fit-il avant que son regard ne se porte à nouveau vers son clavier.

Watari sourit.
Il s'approcha du siège du Tatsumi et passa une main sur la joue du shinigami.

"Même si je paye en nature ?"

D'un mouvement qu'il semblait avoir hautement maîtrisé, Tatsumi fit tomber Watari sur ses genoux avant de capturer ses lèvres.
Au bout de quelques longs instants, il consentit à laisser un peu de répit au scientifique.

"Hmm... c'est discutable..."

Watari sourit, content d'avoir gagné.
Il se releva, sachant que Tatsumi n'aimait pas trop l'avoir sur les genoux pendant les heures de travail.

"Je peux avoir la permission d'aller dans le monde des vivants ?
- D'habitude tu ne la demandes pas...
- Yuko présente sa thèse aujourd'hui. "Propriétés mécaniques de la matière au stade infra-atomique : utilisation de l'énergie de friction des électrons" Ca donne envie, non ? Tu ne veux pas venir avec moi ?", demanda Watari, incapable de tenir en place.
"Tu y vas pour Yuko-chan ou pour le sujet ?
- A ton avis ?"
 
 
 

Chapitre 1
 

~~~~~1987~~~~~

"Konoe-kachô ?
- Ah, Tatsumi, entrez."

Tatsumi referma doucement la porte derrière lui avant d'aller se poster en face de son chef.

"Asseyez-vous, asseyez-vous. Je vous appelle juste pour une mission de routine."

Le shinigami se contenta de lever un sourcil interrogateur en guise de réponse.

"Une femme qui aurait dû mourir et qui est restée en vie. Une affaire banale.
- Alors pourqu...
- J'y viens, j'y viens.", coupa Konoe. "Elle habite à Kyôto, qui comme vous le savez est le domaine de Watari. Le problème ici est qu'il l'a connue de son vivant. J'ai donc préféré vous confier l'affaire. Ce n'est déjà pas très drôle de tuer les gens mais si en plus il faut tuer des personnes qu'on connaît...
- Je comprends.
- Vous ferez équipe avec Gushoushin aîné. Voilà le dossier."

Tatsumi attrapa la fine pochette en carton, s'inclina légèrement et prit congé de son supérieur.
Une fois dans son bureau, il feuilleta lentement le dossier et enregistra le peu de données qu'il contenait.
Pour les cas simples, seuls étaient donnés les nom, adresse et date de mort des vict... enfin, des personnes concernées.
Elle s'appelait Sorakami Atsuko. Elle avait 32 ans, était ingénieur et vivait dans un quartier résidentiel où Tatsumi ne s'était pas rendu depuis au moins 110 ans...
Tatsumi regarda les piles de dossiers d'affaires en cours qui traînaient sur son bureau et poussa un long soupir.

__________________

Une ruelle déserte et ombragée.
On n'aurait pu rêver mieux.

La jeune femme était élancée et marchait d'un pas rapide.
Sana réfléchir, Tatsumi commanda aux ombres qui l'entouraient de l'attaquer et...
Une poubelle tomba dans un fracas assourdissant, faisant sursauter à la fois la jeune femme et le shinigami qui l'observait.

___________________

"Tatsumi-san ?
- Aa ?
- A mon avis, il y a quelque chose d'autre..."

Tatsumi se tourna vers le Gushoushin, remontant ses lunette sur son nez pour essayer de se concentrer.

"Ce sont des coïncidences, c'est tout.", répondit froidement Tatsumi, un peu vexé de ne pas réussir à conclure cette mission.
"Tatsumi-san, quelque chose la protège, c'est évident. C'est la dixième fois que vous auriez pu la tuer et ça ne marche toujours pas !!"

Tatsumi grogna.
Effectivement, ce n'était pas normal.
Mais la prochaine fois serait la bonne et il pourrait réintégrer son bureau paisiblement.

____________________

2 noms sur la porte.
Sorakami et...
Watari...
Quand Konoe disait que Watari la connaissait, il aurait pu préciser qu'il l'envoyait tuer quelq'un de sa famille.
Tatsumi poussa un soupir, se demandant comment Watari prendrait le fait qu'il ait tué sa... soeur ? cousine ?
Enfin, quelque chose comme ça...

Il sonna.
Rien de tel que l'infiltration.
La porte s'entr'ouvrit, laissant apercevoir une petite fille de 8 ou 9 ans, dont les boucles blondes rappelaient étonnament quelqu'un à Tatsumi.
Famille proche, apparemment.

"Yuko-chan ! Je t'ai déjà dit de demander qui c'était avant d'ouvrir la porte !"

La porte s'ouvrit plus grand et Tatsumi fit face à sa... cible.

"Vous ne me connaissez pas, je suis Tatsumi Seiichirô. J'étais un ami de Wa.. Yutaka."

Une espèce de lueur brilla dans les yeux de la jeune femme.
Nostalgie, sûrement.

"Oh, entrez, je vous en prie. J'ai peur de n'avoir aucune mémoire des noms et de ne savoir absolument pas qui vous êtes.
- J'ai... fait mes études avec Yutaka.
- Oh ? Physicien aussi, alors ?"

Elle lui indiqua un fauteuil où il prit place.
La maison était coquette et semblait agréable à vivre.

"Non, non... camarades de lycée.", mentit effrontément Tatsumi qui avait peur qu'une question technique sorte de la bouche de la jeune femme.
"Je vois. Enchantée de vous connaître, alors. Vous venez pour l'anniversaire ?"

Elle ferma les yeux un instant.

"10 ans, déjà... Enfin, je dis "déjà" mais... c'était long.", fit-elle dans un soupir.

Tatsumi se contenta d'acquiescer, réalisant avec les paroles de la jeune femme que cela ferait effectivement dix ans dans quelques jours que Watari était décédé.

"Tatsumi-san, je vous sers à boire ?
- Non, non, ne vous donnez pas cette peine. J'allais bientôt repartir.
- Pas question. Je vous sers un thé et puis... vous pourrez vous recueillir avec moi devant l'autel pour lui. Je serais heureuse de pouvoir un peu parler de lui, ça fait si longtemps.
- Si vous insistez."

__________________

L'autel était simple et n'y figurait qu'une photo, celle de Watari.
Tatsumi s'agenouilla devant, se demandant s'il allait réellement prier pour le salut de l'âme de son collègue.

"Yuko-chan, tu viens prier avec nous ?"

La petite fille quitta ses jouets et vint s'installer entre sa mère et Tatsumi.

"Ne, ojii-san, vous connaissiez aussi papa ?"

Tatsumi cligna des yeux bien deux ou trois fois avant de réaliser ce que la petite venait de dire.

"Tatsumi-san est allé à l'école avec ton père, chérie.", répondit Atsuko à sa place.

"Dites, vous me raconterez quelque chose à son sujet, s'il vous plaît !?!", fit la petite fille en se tournant à nouveau vers Tatsumi.
"Euh...
- Ne vous offusquez pas, mais comme elle ne l'a pas connu, elle demande à tout le monde comment était son père. Elle doit connaître plus d'anecdotes à son sujet que moi !"

Tatsumi acquiesça, puis tourna son regard vers la petite fille. Pas étonnant qu'elle lui rappelle Watari.

"D'accord, tu auras droit à une histoire, mais prions d'abord, tu veux bien ?
- Oui !"

______________________

"Et la chouette l'a suivi ?", demanda Yuko avec de grands yeux émerveillés.
"Oui, partout où il allait... Il était incapable de s'en décoller... alors il a fini par l'adopter."

La petite fille émit un "wow", confortée dans l'idée que son père était quelqu'un de génial.

"Merci, Tatsumi-san.
- Ce fut un plaisir."

Atsuko le raccompagna jusqu'à la porte.

"Je ne savais pas qu'il avait eu une chouette.
- Et un toucan, et un pingouin...", soupira Tatsumi.
"C'est vrai qu'il a toujours aimé les anmaux bizarres... mais il n'aurait jamais fait rentrer son caméléon chez moi !"

Tatsumi sourit puis prit congé, reportant au lendemain sa mission.

______________________

"Kachô ?
- Tatsumi ?
- Je peux vous parler deux minutes ?", demanda le shinigami en refermant la porte derrière lui.

Konoe indiqua un siège à Tatsumi qui préféra rester debout.

"Vous m'avez envoyé tuer la FEMME de Watari sans me le dire ?
- Ahem...
- Il n'y a pas de "ahem" qui tienne ! Vous auriez DU me le dire !
- Je pensais que ce serait plus simple pour vous si vous ne le saviez pas. Moins on en sait, mieux on se porte.
- Ce n'est pas le cas ici !
- Ah bon ?", demanda Konoe pleinement conscient du fait qu'il avait raison sur ce point et que Tatsumi ne pourrait jamais démontrer logiquement le fait que la femme de Watari fasse une exception. "Maintenant... serez-vous encore capable de la tuer ? De laisser la propre fille d'un ami orpheline ?"

Tatsumi mordit sa lèvre d'énervement.

"Je ferai mon travail.", dit-il avant de ressortir, claquant la porte derrière lui.

___________________

"Watari-san ?
- Aa ?
- Je peux rentrer ?
- Non, la porte de mon labo est une barrière infranchissable que vous ne pourrez pas passer sans avoir enlever tous vos vêtements."

Tatsumi regarda Watari d'un air bizarre.

"Oui, vous pouvez rentrer, Tatsumi.", avoua finalement Watari en levant les sourcils. "Ca ne coûte rien d'essayer, non ?
- C'était... très drôle."

Tatsumi se contenta de remonter ses lunettes sur son nez en mettant un pied dans le labo.
Quelque chose manquait.
Indubitablement.
Mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus.

"Qu'est-ce qui vous amène ?"

Voilà, il avait trouvé.

"003 n'est pas là ?"

Watari regarda d'un air un peu nerveux autour de lui.

"Non, elle a décidé de redevenir l'oiseau nocturne qu'elle est sensée être et elle dort.
- Oh.
- Vous veniez pour parler avec elle ? Désolé.
- Watari-san, cessez ses enfantillages."

Watari se tut et se tourna définitivement vers Tatsumi, s'approchant du shinigami.

"Alors arrêter de tourner autour du pot et dites-moi pourquoi vous êtes là."

Tatsumi remonta nerveusement ses lunettes sur son nez.

"Vous êtes au courant de la mission que m'a confié Konoe-kachô ?
- Tuer ma femme ? Oui."

Tatsumi ne soutint le regard de son collègue que quelques secondes avant de détourner les yeux.

"C'est votre travail, Tatsumi. Je ne vous en voudrais pas pour ça. De toute façon... ce n'est pas comme si j'aurais pu la revoir ou quoi que ce soit. Elle... serait bien morte un jour, que je le veuille ou non."

Tatsumi ne répondit pas, ne sachant pas trop ce que pouvait ressentir et penser le shinigami.

"Vous ne m'aviez pas dit... que vous aviez été marié.
- Vous ne me l'avez jamais demandé."

Watari reconcentra son attention sur son travail.

"Pas vous ?", demanda le scientifique, se demandant à quoi pourrait ressembler la "femme" de Tatsumi.
"... Non.
- J'aurais cru.", laissa-t-il échapper sans lever les yeux.

Tatsumi s'approcha doucement du bureau auquel était assis Watari.

"Pourquoi ?
- Je ne sais pas vraiment... Vous êtes du genre à... faire comme tout le monde.", se contenta de répondre le scientifique, un certain sourire flottant sur ses lèvres.
"Disons que... je n'ai peut-être juste pas saisi l'occasion.", soupira Tatsumi.
"C'est aussi une de vos caractéristiques premières, sans vouloir vous vexer..."

Watari redressa son visage et regarda directement Tatsumi.

"Si je me vexais pour tout ce que vous disez, je ne mettrai plus les pieds dans votre labo, Watari-san."

Le scientifique se contenta de répondre par un sourire, avant de reprendre son travail.
Après un moment d'hésitation, Tatsumi se décida à partir, faisant route vers la porte.
Il s'arrêta un instant, prit longuement sa respiration et lâcha finalement un faible "je suis désolé" à l'intention de Watari. Sans se retourner, il passa la porte, sans oser affronter le regard de son collègue.
 
 
 
 

Chapitre 2
 

"Tatsumi ?"

Tatsumi se retourna en entendant son nom, s'inclinant légèrement en voyant paraître son chef.

"Que faites-vous ici ?"

Tatsumi était en effet au service d'informations du Meifu, derrière Gushoushin aîné qui faisait des recherches sur l'un des ordinateurs présents.

"Des recherches, kachô. Je comptais venir vous faire un rapport juste après.", commença Tatsumi avant de redresser ses lunettes sur son nez. "Voilà une bonne trentaine de fois que j'essaye de mettre un terme à la vie de Sorakami Atsuko sans y parvenir. Et je suis trop sceptique pour croire à un manque de chance ou à des coïncidences. Quelque chose ou quelqu'un la protège, même si je ne sais pas qui ni comment.
- Vous pouvez préciser ? Pourquoi n'arrivez-vous pas à la tuer ?
- De petits incidents, la plupart du temps. Quelqu'un apparaît au mauvais moment, mes pouvoirs deviennent inutilisables, que des broutilles. Mais qui arrivent systématiquement.
- Je vois...", répondit Konoe avec un air pensif. "Et vous trouvez quelque chose ?", demanda-t-il en s'approchant de Gushoushin.
- Pas pour le moment.
- Vous croyez que... Watari ?"

Tatsumi baissa la tête une seconde.
Il devait avouer qu'il y avait pensé. La discussion qu'il avait eu avec le scientifique quelques jours auparavant ne l'avait pas convaincu.

"Je ne sais pas. Ca semblerait... le plus logique, surtout qu'il est au courant. Je n'hésiterai pas à enquêter sur cette piste, ne vous en faites pas."

Tatsumi avait la très nette impression de trahir tous ses concepts d'amitié avec cette phrase.
Amitié...
Depuis combien de temps considérait-il Watari comme un ami plus qu'un collègue ?

____________________

"Watari-san ?
- Venu m'amener la mauvaise nouvelle ?", répondit le scientifique en se tournant.
"Euh non... Pour tout dire, je n'ai pu exécuter ma mission.
- Comment ça ?"

Tatsumi se retrouva très mal à l'aise, trouvant un peu malsain de parler avec Watari de la future mort de sa femme. Il commença à se poser des questions sur le bien-fondé de sa venue au laboratoire.

"Quelque chose la protège. J'ai eu beau enquêter et m'infiltrer, quelque chose m'empêche... de mener à bien ma mission.", fit Tatsumi, se refusant à dire "de la tuer".
"Vous infiltrer ? Alors vous l'avez rencontrée ? Les avez rencontrées ?", demanda Watari avec un intérêt certain.

Tatsumi poussa un petit soupir.
Chaque phrase de Watari le faisait un peu plus culpabiliser, le rendait un peu plus malheureux.
Il se mettait à la place de son collègue, comprenant ses questions, mais imaginant ses réactions et son futur chagrin.

"Oui, je les ai rencontrées. Votre femme est... charmante à tout point de vue. je dois dire qu'elle a été très sympathique et aimable.", répondit Tatsumi le plus platement possible.
"Et... Yuko ?
- Elle vous ressemble beaucoup.", se contenta de répondre Tatsumi.

Watari fit une mine boudeuse.

"Tatsumi, rendez-moi un service et soyez un peu plus loquace sur le sujet."

Watari attrapa la main de son collègue et ami, et chercha son regard.

"Je sais que vous ne voulez pas me faire de peine, mais je SAIS que je n'aurais sûrement jamais l'occasion de la recontrer. J'ai accepté ça il y a longtemps. Ca ne m'empêche pas de vouloir savoir... comment elle est. S'il vous plaît, racontez-moi."

Tatsumi poussa un petit soupir.

"Vous m'invitez à prendre un thé, alors ?
- Pour sûr !", répondit Watari avec le sourire auquel Tatsumi s'était habitué. Il se sentait encore plus mal de condamner cet homme à se faire encore plus de soucis pour sa famille.

________________________

"Elle est mignonne. Enthousiaste, très enthousiaste. Elle a vos cheveux, mais la beauté de sa mère.
- Dites tout de suite que son père est laid.
- Même moi j'avoue que ce serait mentir."

Watari sourit au compliment implicite que contenait cette phrase.

"Dites-m'en encore...
- Je ne sais pas ce que je pourrais dire d'autre, moi... C'est une enfant bruyante, mais je suppose que tous les enfants sont comme ça... Par contre, elle est bien plus obéissante que son père.", fit Tatsumi en levant un sourcil, faisant un peu rougir le scientifique.
"Qu'est-ce qu'elle a fait pour que vous disiez ça ?"

Tatsumi poussa un petit soupir.

"Je crois que je vais devoir tout raconter au détail près, c'est ça ?"

Watari se contenta d'hocher vivacement la tête en signe d'approbation.

"Alors je crois que je mérite des biscuits pour accompagner ce thé.", rajouta Tatsumi qui trouvait que ce service méritait finalement d'être payé.

________________________

Tatsumi se retourna dans son lit.
Il n'arrivait pas à trouver le sommeil.
Et il savait parfaitement pourquoi.
C'était la mission qu'on lui avait confiée qui le dérangeait.
La première mission qu'il n'avait vraiment pas envie d'achever. La première mission qui aurait des répercussions sur quelqu'un qu'il fréquentait quotidiennement.

Tatsumi poussa un petit soupir et rouvrit les yeux.
Il avait trouvé Watari particulièrement passif sur le sujet.
D'habitude, le shinigami faisait du tapage sur n'importe quel sujet le tenant à coeur.
Et il était évident que sa famille le tenait à coeur.
Alors pourquoi était-il aussi silencieux ?
Pourquoi ne se battait-il pas ?
Tatsumi se demandait ce que serait la réaction du scientifique une fois la mission effectuée. Resterait-il aussi indifférent ?

Tatsumi referma les yeux.
Il espérait de tout son coeur de ne pas condamner Watari à une éternité de malheur.
Une personne aussi enjouée, aussi enthousiaste, ne devait en aucun cas se retrouver malheureuse.
Tsuzuki suffisait.
Il ne laisserait pas Watari souffrir.
Il ne savait pas comment mais il ne le laisserait pas connaître un malheur de plus.

Après avoir réfléchi longuement à sa mission, il se rendit compte que le seul point positif était qu'il se trouvait dans l'impossibilité d'exécuter celle-ci... mais sûrement pas pour longtemps. Dès qu'il aurait trouvé ce qui protégeait Atsuko, il devrait la tuer. Tôt ou tard. Et de préférence tôt s'il voulait recevoir une prime pour cette mission.
Tatsumi émit un petit ricanement à sa propre cupidité et se retourna une dernière fois avant de s'endormir.

______________________

"Un shikigami ?"

Tatsumi s'approcha de l'écran, n'en croyant pas ses oreilles.

"Je ne peux pas en avoir confirmation, mais ce n'est pas un démon, en tout cas.", répondit Gushoushin.

Tatsumi récupéra la feuille sur laquelle était inscrite les renseignements et l'examina de plus près.

"Un shikigami contrôlé par un humain ?", demanda lentement Tatsumi, peu pressé d'entendre la réponse.
"Trop d'énergie spirituelle pour que ce soit le cas.
- Un shinigami, donc.
- J'ai bien peur que ce soit la seule conclusion possible."

Tatsumi poussa un petit soupir.

"Le seul shinigami possédant des shikigami de la région est Tsuzuki-san...", murmura Tatsumi comme pour lui-même.

Il plia la feuille de papier et la rangea dans le dossier qui commençait à s'étoffer de Sorakami Atsuko.

"Je vais continuer mon enquête. Merci pour les informations. J'en informerai moi-même Konoe-kachô.
- Je viendrai vous prévenir si je peux trouver plus.", répondit Gushoushin, se concentrant à nouveau sur son écran.

________________________

"Tsuzuki-san ?
- Tatsumi !!"

Tatsumi fit un petit sourire à l'accueil chaleureux que lui faisait son ancien partenaire.
Cela faisait maintenant deux mois qu'il lui avait annoncé qu'il ne souhaité plus faire équipe avec lui. Heureusement, leurs relations étaient restées amicales, même si de temps en temps Tatsumi décelait une sorte de tristesse dans le regard de Tsuzuki quand celui-ci le regardait.

Depuis la fin de leur partenariat, Tsuzuki ne se chargeait que de cas de bureaux en attente d'un nouvel équipier.
Il avait l'air d'aller... mieux.
Tatsumi était d'ailleurs l'un des responsables du travail de Tsuzukiet il ne tenait pas vraiment à le renvoyer tuer des humains tout de suite.
Konoe-kachô avait été très compréhensif et même si Tsuzuki se plaignait sans arrêt d'être enfermé au Meifu, il semblait aller bien mieux qu'après leur dernière mission ensemble.

"Je peux vous emprunter un peu de votre temps ?
- Bien entendu !"

Tatsumi se permit de s'asseoir dans l'un des fauteuils du bureau qu'occupait Tsuzuki avant de commencer son exposé.
Il ne savait pas vraiment ce qu'il devait dire ou ne pas dire, mais il prit la décision de se contenter d'un minimum.

"Je suis sur une mission en ce moment... qu'il m'est impossible d'effectuer. J'ai pu découvrir que ce qui m'empêcher de mener à bien mon travail était un shikigami. Un shikigami contrôlé par un shinigami.
- Oh. Euh, je n'ai invoqué aucun shikigami dernièrement.
- C'est ce que je me disais.", soupira Tatsumi. "Et aucun n'aurait pu agir de lui-même ?"

Tsuzuki sembla réfléchir un instant.

"Aucun n'est assez fort pour intégrer le Meifu ou même le monde des vivants sans être invoqué.
- Je vois.
- Peut-être qu'un shinigami d'une autre région...?
- Ca me paraît la seule explication possible. En tout cas merci de vos réponses, Tsuzuki-san."
 
 

Chapitre 3.

~~~~~1996~~~~~

Tatsumi s'arrêta un instant devant la porte du labo.
Pourquoi s'arrêtait-il ici ?
Il avait envie d'entrer, même s'il n'en avait aucune raison.
Il s'imaginait déjà se faire taquiner par le scientifique pour entrer ainsi sans aucun reproche à faire, sans aucune mission à donner.
Mais avant même qu'il ait pu décider s'il continuait son chemin ou s'il rentrait dans l'antre de Watari, la porte s'ouvrit d'elle-même, laissant apparaître le-dit Watari.

"Tatsumi !
- Bonsoir, Watari-san.
- Vous veniez me voir ?"

Tatsumi remonta ses lunettes sur son nez le temps de réfléchir à une réponse correcte.

"C'est votre anniversaire, la semaine prochaine, non ?"

C'était tout ce qu'il avait pu trouver, vu que Watari avait fait son rapport une demie-heure plus tôt et n'était d'ailleurs plus de service depuis 3 minutes.

"Vous voulez m'offrir un cadeau ?"

Tatsumi frissonna à la pensée, déglutissant avec difficulté.

"Je vous taquinais, Tatsumi. Mais si vous voulez m'inviter à dîner je suis libre.", ajouta Watari en pouffant de rire.
"Cela vous ferait trop plaisir, Watari-san.
- Hmm, oui, effectivement. Alors je me contenterais d'un gâteau fait-maison."

Tatsumi émit un petit soupir et fit mine de continuer son chemin.
Il fut vite rattrapé par Watari, qui après avoir fermé la porte de son labo, suivit Tatsumi pour continuer la conversation.

"Vous allez où ?
- Je rentre chez moi.", fit Tatsumi, curieux lui aussi quant à l'endroit où se rendait Watari, vu que ce n'était très clairement pas chez lui.
"Et si c'était moi qui vous invitais ?
- Pour VOTRE anniversaire ?
- Laissons tomber les anniversaires, si je vous invitais à dîner tout court.
- Pour que je sois le cobaye de votre prochaine expérience ?
- Au restaurant ?", fit Watari avec une voix qui se fit désespérée.

Tatsumi s'arrêta net.

"Mais pourquoi vous voulez m'inviter ?
- Je ne vous ai jamais dit que j'avais des goûts bizarres ?", répondit Watari, son plus franc sourire affiché sur son visage.
"Qu'est-ce que je suis censé répondre à ça ?
- "Oui, Watari-san, ça me ferait extrêment plaisir (tant que c'est vous qui payez)."
- Vous avez de quoi payer, au moins ?
- Un dîner aux chandelles dans la cantine du Meifu, ça vous dit ?
- Arrêtez de vous moquer de moi."

Tatsumi recommença à marcher, se maudissant d'avoir pu croire un instant ce que disait Watari.
Le scientifique, quant à lui, resta un instant sur place, avant de rattraper à nouveau Tatsumi et d'agripper sa manche pour l'arrêter.

"Désolé. Mais mon offre tient toujours. Vous accepteriez si je vous invitais à dîner dans un vrai restaurant (pas trop cher quand même) ?"

Tatsumi poussa un nouveau soupir.

"Pourquoi vous me demandez ça ?
- Arrêtez de poser des questions et répondez à la mienne.
- Je dirais oui si vous me promettez de nettoyer le souk dû à votre expérience dans la salle de conférence la dernière fois..."

Watari mordilla sa lèvre inférieure.

"Vous êtes dur en affaire, hein ?
- Vous étiez responsable.
- Bon, ça marche."

Watari continua d'avancer quelques minutes silencieusement aux côtés de Tatsumi.

"Tatsumi ?
- Oui ?
- Vous seriez libre le soir du 18 avril ?"

Tatsumi fit un petit sourire.

"Oui."
 

~~~~~1987~~~~~

"Elle est morte dans un accident de voiture ?!"

Gushoushin aîné se rapprocha de Tatsumi, l'air presqu'aussi perplexe que lui.

"Comme elle était déjà dans le registre des morts, on ne pouvait pas le prévoir..."

Tatsumi cligna des yeux deux ou trois fois avant de se tourner à nouveau vers Gushoushin.

"Elle est MORTE dans un accident de VOITURE !?!?
- Oui, c'est ça. Ce matin.", répondit Gushoushin qui commençait à craindre les réactions de Tatsumi.

Tatsumi se laissa tomber sur la chaise la plus proche.

"Je suppose que l'affaire est classée, alors...
- Je vous imprime ça et le rapport sera complet pour le chef, Tatsumi-san !", continua Gushoushin qui essayait de remonter le moral de Tatsumi.

Celui-ci ôta ses lunettes et porta la main à ses yeux une seconde.

Elle était morte.
Il ne l'avait pas tuée mais elle était morte.
La femme de Watari était morte. Même en redescendant sur Terre le shinigami ne pourrait plus la voir. Sa fille était orpheline, condamnée à vivre sans parent dès l'âge de 9 ans.
S'il avait encore des larmes à verser, il aurait été d'humeur à pleurer.

Mais d'un autre côté, il pouvait se retrouver heureux... de ne pas avoir eu à la tuer de ses mains.

__________________________
 

Le labo était plongé dans le noir le plus total, et l'interrupteur ne marchait plus.
Tatsumi hasarda un pied à l'intérieur, s'annonçant d'une voix légèrement tremblotante.

"Watari-san, vous êtes là ?"

Un silence de quelques instants prit place, avant qu'une petite voix ne se fasse entendre du fond du labo.

"Partez, s'il vous plaît."

C'était très clairement la voix de Watari.
Et il était évident qu'il pleurait.

"Ne soyez pas bête, je ne vais pas vous laisser dans cet état.
- Partez.... S'il vous plaît..."

Tatsumi se rapprocha de l'endroit d'où provenait la voix.
Il vit enfin la silhouette de Watari, assis à même le sol contre une des paillasses du laboratoire, les genoux relevés.

"Non, je me suis juré de ne pas vous laisser être malheureux. Alors... laissez-moi juste vous aider."

Tatsumi s'accroupit à côté de Watari.
Il ne savait pas vraiment ce qu'il devait faire.
Mais quelque chose lui disait qu'il 'pouvait' servir à quelque chose.
Il hasarda une main dans les cheveux du scientifique, la laissant glisser plusieurs fois.

"Je n'ai rien pu faire...", dit Watari, cherchant à contrer ses sanglots. "J'ai essayé, mais je n'ai rien pu faire... Je voulais tellement que... que..."

Un nouveau sanglot coupa la phrase de Watari, et ce dernier se replia sur lui-même.

"Shhh... Je sais, je sais...", murmura Tatsumi en faisant basculer Watari contre lui.

Pourquoi ne pouvait-il jamais empêcher ça ?
Pourquoi finissaient-ils tous par être malheureux ?

Il sentit la main de Watari attraper un pan de sa veste et l'instant d'après, le shinigami pleurait de nouveau à en perdre haleine, cette fois-ci dans ses bras.
Un peu embarrassé, Tatsumi passa un bras timide autour des épaules de son collègue, ne sachant pas que dire ni que faire, et n'osant plus vraiment s'en aller à ce stade-là.

Un long silence s'installa, et les pleurs de Watari finirent par s'estomper.
Tatsumi se contenta de lentement bercer le shinigami dans ses bras, s'interrogeant sur ce qu''il pouvait bien dire pour aider son ami.
Il mit bien longtemps avant de s'apercevoir que Watari s'était endormi.
 

~~~~~1996~~~~~

"Partenaires ?!?"

Tatsumi faillit s'étouffer avec le sushi qu'il venait d'avaler pour faire part de son exclamation.

"Ce ne serait que temporaire, bien entendu.
- J'espère bien.
- Juste quelques missions, que je puisse rattraper mon retard...
- Et qui fera mon travail, pendant ce temps ?
- Je vous aiderais autant que je pourrais, Tatsumi. S'il vous plaît. Konoe-kachô m'a dit que si vous acceptiez, ça ne posait aucun problème pour lui.", fit Watari, appuyant sa demande de grands yeux suppliants.
"Je me doutais que vous ne m'invitiez pas à dîner pour rien...
- J'ai juste... un petit peu profité de la situation en me disant que vous seriez d'humeur plus agréable...", ajouta le scientifique en se demandant s'il avait bien fait.
"Je ne vous pensais pas aussi sournois, Watari-san... Bon, parlons affaires : qu'est-ce que j'y gagne ?
- Une bonne conscience ?", hasarda Watari avant de voir la mine renfrognée de Tatsumi. "Bon, arrêtons d'en parler pour le moment, je vous en ferai de nouveau part quand j'aurais trouvé un marché qui vous arrangera autant que moi. Je ne voudrais pas gâcher ma soirée d'anniversaire pour si peu."

Tatsumi fit un petit sourire.

"Ce serait dommage alors qu'elle avait si bien commencé, Watari-san.", ajouta-t-il en reservant du sake à son interlocuteur.

______________________

"C'est quoi ?
- A votre avis ?", demanda Tatsumi, faussement exaspéré, en espérant que Watari ne mettrait pas deux heures à l'ouvrir vu qu'il faisait drôlement froid par cette nuit d'avril.

Ils étaient descendus dans le monde des vivants juste pour fêter un anniversaire... Ce n'était pas très professionnel...

"Un cadeau d'anniversaire ?
- Vous êtes brillant des fois, Watari-san.
- De vous ?
- Je viens de vous le tendre mais à mon avis c'est de la part de quelqu'un d'autre. Quelqu'un comme moi ne fait jamais de cadeau.
- Pour moi ?
- Y aurait-il quelqu'un d'autre que je connaisse dont c'est l'anniversaire aujourd'hui ?", demanda Tatsumi qui commençait à être vraiment exaspéré. Il savait bien qu'il n'aurait jamais dû acheter de cadeau.

Watari contempla l'objet de forme rectangulaire soigneusement enveloppé avec un petit sourire heureux.
Bon, peut-être que si, il avait bien fait d'acheter ce cadeau........

"Merci, Tatsumi.
- Merci pour le repas."

Watari empocha le cadeau, avant d'attraper le bras de Tatsumi.

"On rentre ?
- Vous n'ouvrez pas votre cadeau ?
- Je le garde pour plus tard.
- Comme vous voulez."

Les deux shinigami marchèrent encore un peu côte à côte, comme si le Meifu était atteignable après une simple promenade.
Watari contemplait la vie autour de lui. Beaucoup d'autres personnes marchaient dans la rue, malgré le froid et l'heure tardive. C'était agréable de voir des gens en vie, heureux, de simplement être là et de se rappeler ce que c'était que d'être vivant.
Une jeune fille attira son regard. Leurs regards se croisèrent.

"Pa... Papa ?"
 
 

Chapitre 4.


"C'était ma faute, j'ai forcé Tatsumi à descendre sur Terre et il a accepté seulement sous la menace -et parce que c'était mon anniversaire.
- Je me fiche de savoir "à cause de qui"...", commença Konoe, déjà fatigué des excuses de Tatsumi et des aveux répétés de Watari. "Est-ce que vous réalisez ce qui vient de se passer ?"

Watari baissa la tête, ses mains au fond de ses poches.
Tatsumi était inquiet. Est-ce que Watari serait sanctionné pour n'avoir pas osé dire "non, vous vous trompez" à sa propre fille ?
C'est ce qu'il aurait fait, à sa place.
C'est ce que Watari aurait dû faire.
Mais cela ressemblait si peu au scientifique. C'était une attitude lâche et insensible.

"Je vais réflechir à une punition. Pour l'instant, vous ne descendez plus sur Terre jusqu'à nouvel ordre.
- Bien, kachô."

Watari s'inclina légèrement et sortit de la pièce, laissant seuls Tatsumi et Konoe.

"Kachô, ne soyez pas trop dur avec lui. Cette rencontre n'aura sûrement aucune incidence.
- Je sais, mais les shinigami ne sont pas censés rencontrer leurs familles et raconter ce qu'ils font dans l'au-delà depuis leur mort comme si c'était naturel. Je dois prendre des sanctions. Même si je sais que c'était le plus beau cadeau d'anniversaire qu'on puisse lui faire, j'en suis certain.
- Je n'en doute pas."

Tatsumi sortit à son tour de la pièce, pensant à présent au cadeau qu'il avait offert quelques heures plus tôt au scientifique.
Il fallait qu'il retrouve Watari.
Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais il était persuadé que c'était de la plus haute priorité.

Le scientifique n'était pas dans son labo.
Tatsumi fouilla encore un ou deux couloirs et la bibliothèque avant de retourner à son bureau, bredouille.
Enfin, jusqu'à rentrer dans son bureau où Watari l'attendait, assis dans l'un des sièges faisant face à l'imposant bureau du secrétaire.

"Je ne vous aurais pas cherché dans tout le Meifu si j'avais su que vous étiez là..."

Watari répondit par un petit sourire.

"Vous avez encore un peu de temps à me consacrer ?
- Ce serait impoli de vous mettre à la porte."

Un petit silence prit place, Watari cherchant apparemment ses mots.

"Elle... Elle est adorable, non ?"

Tatsumi laissa échapper un soupir.

"Oui."

Il marqua une pause.

"Je dois avouer que votre fille est charmante, et je suis soulagé de voir que malgré tout ce qu'elle a subi, elle va très bien.
- Tatsumi, pourquoi suis-je encore un shinigami ?
- Comment ça ?
- Mon unique regret était de ne pas l'avoir vue, ma seule inquiétude reposant encore dans le monde des vivants la concernait. Je l'ai rencontrée, elle va bien. Je n'ai plus de regret sur Terre, je devrais redevenir un mort... euh... comme un autre."

Tatsumi réfléchit un instant.
Ce n'était pas une idée stupide.

"Vous voudriez ?
- Non, je m'accomode très bien de cette mort, je n'ai pas envie d'en changer...
- Ca tombe bien, je vous aurais regretté."

Watari se contenta de sourire.

"Tatsumi, si jamais il arrive quoi que ce soit, et si ma condition de shinigami ne peut être maintenue, je voulais vous dire que... c'était le plus bel anniversaire que j'ai eu depuis ma mort.
- Je vous en prie. A mon avis ce n'était pas grâce à moi...
- Si, si, c'était adorable d'offrir un café à Yuko (mais je suis un père possessif, je ne vous laisserai pas la toucher). En fait, je voulais dire... je peux... je peux vous proposer un autre dîner ? Pas dans le monde des vivants vu que Konoe-kachô ne me laissera plus jamais y retourner, mais, enfin... je...
- Ce sera avec plaisir, Watari-san. Et ne vous inquiétez pas, votre fille de m'intéresse pas.
- Comment ça, elle ne vous intéresse pas ? Vous n'avez pas vu comme elle est belle et intelligente et pleine de vitalité ? Vous n'avez aucun goût.
- Ca doit être pour ça que j'accepte de dîner avec vous."

Watari sourit.

"Au fait, merci pour le cadeau. Comment avez-vous su que je cherchais ce livre ?
- Ca fait six mois qu'il est dans les réclamations de la bibliothèque, et je suppose que ce n'est pas Kurosaki-kun qui irait demander des livres dont le titre contient le mot "physique"."

Watari sortit le livre de sa poche, encore à moitié enveloppé de papier cadeau.

"Vous avez vu juste.", se contenta de répondre le scientifique en dégageant le livre de son emballage et en contemplant la couverture quelques instants. "Mais je n'en attendais pas moins de vous..."

_________________


"Je l'avais déjà rencontré, non ?
- Qui ?
- Tatsumi-san. Je suis persuadée de l'avoir déjà vu quelque part, mais je n'arrive pas à replacer où.
- Oui, il s'était fait passé pour un de mes camarades de lycée et était allé vous voir... Maman et toi.
- C'est ton copain ?
- Collègue de travail.
- Si un de mes collègues de travail me tenait le bras dans la rue, je crierais au harcèlement sexuel."

Watari sourit et attrapa la tasse fumante que Yuko lui tendait.
Il y avait tellement à rattraper.
Il savait pertinemment qu'il ne devait pas être là, mais il n'aurait jamais pu s'en empêcher.

"Tu sais, si j'avais croisé mon père au bras d'un autre homme, je crois que je ne l'aurais pas pris aussi bien que toi.
- Il faut avoir l'esprit ouvert, de nos jours. Mais je te comprends, il est vraiment très beau.
- Yuko, ne sois pas stupide, ce n'est pas ce que tu crois.
- Mais tu aimerais, c'est ça ?
- Yuko !
- Oh oh oh, c'est un oui..."

Watari soupira.

"Tu es pire que moi."

___________________

Watari ferma les yeux à la douce chaleur qui l'envahissait.
Le canapé était délicieusement chaud, tout comme la tisane que lui avait servie Tatsumi. Il soupçonnait d'ailleurs fortement le shinigami de l'avoir faite directement avec des plantes de son jardin...
Deux jours plus tôt, Tatsumi lui avait proposé de finir de rédiger ensemble quelques dossiers après le dîner qu'il lui avait promis.
Watari s'était donc retrouvé à manger chez le shinigami, et tout ce qu'il lui avait fait avait d'ailleurs été délicieux.

Le scientifique fut sorti de sa rêverie culinaire quand Tatsumi prit la parole depuis le fauteuil qui faisait face au sien.

"Ne vous endormez pas, il ne nous reste que quelques dossiers.
- Je n'en reviens pas à quelle vitesse vous m'avez permis de rattraper mon retard.
- Oui, vous venez de comprendre pourquoi je suis votre supérieur hiérarchique : je suis plus efficace.
- Ce n'est pas ma faute si je n'arrive pas à me concentrer sur ce genre de paperasse inutile...
- Faites un dernier effort. Ce soir vous serez à nouveau à jour.
- Et je ne pourrais plus vous réclamer d'aide."

Tatsumi releva ses yeux d'un papier et chercha ceux de Watari.

"Moyennant un salaire je serai prêt à vous donner un coup de main plus fréquemment.", dit-il avant de replonger son regard sur le dossier en cours.
"C'est généreux de votre part.", répondit le scientifique dans un sourire.

Il attrapa un stylo et imita Tatsumi.
Après tout, il était là pour travailler.

____________________

"C'était le dernier.
- Et il n'est que 3 heures du matin. Vous voyez, je vous avais dit que vous étiez mauvaise langue en disant qu'on n'y arriverait pas cette nuit.", dit Tatsumi en tassant le dernier tas de feuilles qu'il avait considéré. "On aurait pu en faire facilement 10 de plus."

Watari sourit, se demandant si Tatsumi était sérieux ou s'il faisait de l'humour.

"En tout cas je ne vais pas vous déranger plus longtemps..."

Watari se leva, commençant à regrouper les dossiers.

"Laissez, ça ne sert à rien que vous les emportiez pour les amener à mon bureau demain.
- Ca m'aurait donné une excuse pour venir vous ennuyer.
- Justement. Laissez-les ici.", fit Tatsumi d'un pseudo air autoritaire.
"A vos ordres, mon capitaine.", finit par lâcher Watari tout en enfilant son manteau.

Tatsumi raccompagna son collègue jusqu'à l'entrée.

"Alors à demain, Watari-san.
- Oui, à demain."

Les deux shinigami se regardèrent un instant, Watari n'arrivant pas à se décider à partir.

"Wat..
- Tatsu... Allez-y, parlez en premier.
- Non, je vous en prie."

Watari fit un petit sourire embarassé.

"En fait je n'avais rien à dire, je cherchais une excuse pour rester quelques instants de plus. Et vous ?
- Je voulais vous dire que j'ai été agréablement surpris de voir que vous étiez d'aussi bonne compagnie pour le travail que pour partager un dîner. N'hésitez pas à me demander de vous aider la prochaine fois que vous êtes en retard. Surtout que Konoe-kachô me donne des primes pour ça."

Watari laissa échapper un petit rire.

"Encore merci. Pour le dîner, et pour les dossiers. Je vous revaudrai ça.
- Oui, c'est vrai que nous n'avons pas encore parlé de mon payement...
- Je croyais que Konoe-kachô vous donnais une prime et que...
- Tss, je ne parlais pas de ça."
 
Les lèvres de Tatsumi allèrent se poser sur celles de Watari un bref instant, le contact éléctrisant le scientifique.

"Je vous ai fait un prix parce que c'est la première fois, mais je risque d'être plus exigeant la prochaine fois.
- C'est noté. Mais je n'hésiterai pas à faire appel à vos services une nouvelle fois."

Les deux shinigami se regardèrent encore un instant dans les yeux.

"Bonne nuit, Tatsumi."
"Rentrez bien."

Watari se décida à quitter le pas de la porte et à repartir, ne laissant d'autre choix à Tatsumi que de le regarder s'éloigner un instant puis d'aller se coucher.